Cher(e) lecteur(trice), merci de vous intéresser à notre Site web, nous espérons que le contenu convient à vos recherches et intérêts. N'oubliez pas de vous inscrire pour être informé(e) de nos nouvelles publications. Merci et bonne visite.

Vient de paraître : Politique, Démocratie et Symbolique - Par Dr. Abdelmoughit B. TREDANO


Politique, Démocratie et Symbolique : 

Ou Comment faire et défaire le politique au Maroc

Par Abdelmoughit B. TREDANO

Qu'est- ce que le politique ?
Vaste question, vaste programme comme aimait dire le général De Gaulle.
Ecrire sur le politique, le définir n'est pas une mince affaire. Notre ambition n'est pas de faire un manuel de science politique. Les classiques en la matière font autorité au point de rendre superfétatoires les ambitions de tout prétendant téméraire.
Nous nous assignerons donc comme modeste objectif d'expliquer le politique, ses fonctions et son rôle dans toute communauté humaine en général et au Maroc en particulier.
Ce projet nous habitait depuis quelques années. Les raisons peuvent être résumées dans les considérations suivantes :
La dépolitisation de plus en plus croissante de la population en général et de nos jeunes en particulier, la crise sidérante du politique[1] aussi bien dans les pays démocratiques que dans ceux qui aspirent à une forme de représentation pluraliste expliquent la nécessité de traiter d'une telle thématique.
Expliquer ce qu'est le politique, ses fonctions dans toute société, la démocratie telle qu'elle fonctionne dans les pays développés et la crise de la représentation et les possibilités de sa transposition dans les pays du Sud - qui ne l'ont pas vue naître - constituent le premier volet de cet ouvrage[2].
La situation au Maroc, l'évolution du politique, son rôle et les rapports de force ayant animé les différents acteurs politiques depuis l'indépendance en constituent la deuxième partie.
Comment peut-on qualifier, sur le plan politique, la période historique que connaît le Maroc depuis l’indépendance ?
Quelles sont les étapes qui ont marqué cette histoire politique ?
Le Maroc évolue-t-il vers un système pluraliste ou non ?
D'aucuns soutiennent que le système politique marocain se reproduit et qu'aucun changement majeur quant à sa nature et son essence n'est intervenu depuis des lustres. Comment et pourquoi ?
Cette thèse n’est pas sans fondement ce malgré les réformes intervenues dans la constitution de 2011. En effet, le climat observé pendant tout le mandat du Chef du gouvernement de l’Islamiste Abdelilah Benkirane, marqué, entre autres, par l’affrontement entre ce dernier et son parti d’une part et le PAM d’autre part.
 En outre, les tensions précédant les élections législatives du 7 octobre 2016 et le blocage ayant marqué la constitution du gouvernement montrent[3],si besoin est, que les sentiers de la réforme sont tortueux et que le cap du changement n’est pas encore pris.
D’autres, en revanche, estiment que le Maroc qui a adopté un système libéral et pluraliste depuis son indépendance, connaît des mutations politiques réelles.
Que peut-on dire d'une telle assertion ?
Par ailleurs, la déliquescence du politique et la désaffection des citoyens à l'égard de la chose publique, aussi bien au nord qu'au sud de la Méditerranée, seront mises en exergue comme matrice dominante. La crise du politique et du système de représentation, mouvements concomitants, est le fait dominant depuis plus d'une vingtaine d'années. Expliquer les causes de cette déliquescence peut contribuer à envisager les possibilités de dépassement et ce pour que le politique retrouve sa superbe; la parole publique a besoin d’être réhabilitée d'une manière profonde et déterminante.
A crise exceptionnelle, mesures exceptionnelles. L'émergence de la société civile face à la crise du politique est une manifestation parmi d'autres. Cependant, la société civile ne peut constituer une alternative au rôle, parait–il, incontournable du politique. En effet, une réflexion sur de nouvelles formes d’engagement politique doit être conduite.
Autre aspect non moins important c’est le lien entre la question interne et la donne internationale ; en effet depuis, la chute du mur de Berlin (8 novembre 1989) et la conférence franco-africaine de La Baule (juin 1990), l’imbrication entre la dimension interne et l’influence des puissances sur l’évolution politique des pays du Tiers Monde est devenue dominante. L’exemple du Moyen-Orient, marqué par l’intervention occidentale, surtout depuis1990, est largement édifiant. En effet, ingérence et guerres déstabilisatrices sous prétexte de guerre contre le terrorisme et l’application de la démocratie sont devenues règle commune.
Monarchie, pouvoir, symbolique et reproduction
Le politique s’installe par la force et il se maintient par la force ; mais il peut, outre la force, utiliser d’autres moyens pour se maintenir à travers un processus de légitimation. La symbolique politique en est le moyen le plus utilisé et le plus efficace[4].
De tout temps, le politique pour se maintenir a consommé du symbolique, du religieux, du mythe, de la tradition. La finalité étant de susciter de la crainte, le respect, voire l’admiration (pour les personnages charismatiques) et ce, objectif ultime, pour susciter la croyance, voire la confiance et l’adhésion ; les régimes autoritaires et dictatoriaux cherchant plutôt la crainte que l’adhésion.
Au Maroc, la monarchie ne procède pas autrement ; plus que d’autres, elle use voire abuse des éléments fondés sur la dimension psychologique et mentale.
De la force montrée mais non utilisée -surtout pendant la période récente- , de la crainte suggérée, du grand cérémonial créé autour de la personne du roi ou de l’avènement qui le met en scène, de l’attente interminable avant chaque activité royale ,du mythe, de la Baraka et de la Hiba…, que la personne du roi est supposée avoir et dégager, constituent les quelques ingrédients du cocktail de la gestion du politique au Maroc. Evidemment avec les accessoires juridiques (Constitution, élections …) qui constituent le décorum.
Outre la position dominante qui est la sienne au niveau de l’exécutif, le Roi occupe, par divers moyens, tout l’espace religieux (Article 19 décliné en deux dispositions 41 et 42 dans l’actuelle constitution), en l’occurrence les Zaouïas, les conseils des Oulémas, le contrôle des mosquées, le discours du vendredi….) ; de nombreux actes et instruments relevant du même registre (symbolique, religieux, tradition..) sont sollicités et utilisés et , tous, ont comme objectif la domination des citoyens par une forme soft du pouvoir et de sa reproduction.
Il est vrai que personne ne peut prétendre que la démocratie à l’occidentale sera demain une réalité au Maroc .Toutefois, la question qui se pose c’est celle de savoir si le cap de la réforme a été pris. Toute la question est là.
L’épisode de la constitution du gouvernement, durant plus de trois mois, et sa conclusion formelle par l’élection de M. Habib El Malki ,un des dirigeants de l’USFP, le 16 janvier 2017 aurait porté le coup de grâce à la formation d’un gouvernement issu des vrais résultats du 7 octobre 2016.
Que le Chef de gouvernement désigné A. Benkirane parvienne ou non à le constituer, la question de la crédibilité du processus politique est largement entamé.
Par ailleurs, on ne doit pas oublier que le syndrome 2011 n’est pas loin surtout lorsque l’on prend en considération le contexte particulier du pays et les conditions générales de son évolution ou de sa stagnation ; en effet, la situation socio-économique, éducative et du développement global n’autorisent pas l’atermoiement dans la réforme. Le social et la perception des choses par les citoyens évoluent vite surtout à l’ère de l’image, de la communication et du net.
La question démocratique et politique en général et leur fonctionnement dans les pays développés et au Maroc, tels sont les parties qui constituent l’ossature de cet ouvrage. La question de la réforme traverse, comme une matrice, le cœur de ce texte.
L’approche retenue dans le cadre de cet essai constitue un juste milieu entre la vulgarisation sommaire et l'académisme austère, et ce, précisément pour en faire un outil utile et accessible pour nos jeunes, nos étudiants et toute personne que la chose publique n'indiffère pas.
Nous osons espérer qu'une telle initiative puisse répondre à toutes ces attentes.

Harhoura, 20 février 2017




[1] Le terme crise est souvent contesté pour le cas des pays non-démocratiques dans la mesure où le politique n'était pas « prospère » pour pouvoir parler de crise. Qualification qui reste valable dans le cas des pays démocratiques. Sur les manifestations de la crise, un développement important sera présenté dans le chapitre 1, §5 de cet essai.
[2] La présente publication constitue le premier volume dune série de trois.
[3] Voir lintroduction de notre dernier ouvrage « Les élections au Maroc -2007 et 2015-Ebauche dune sociologie électorale », Cahiers libre, N ° 5, octobre/ septembre 2016, 136 pages (Collection éditée par la Revue Marocaine des Sciences politiques et Sociales).
[4]Sur ces aspects on peut consulter utilement quelques pages pertinentes et concises de Michel Hasting, Aborder la science politique, Seuil, Memo, 1996, op.cit.,pp.12-21. 

Enregistrer un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.