Cher(e) lecteur(trice), merci de vous intéresser à notre Site web, nous espérons que le contenu convient à vos recherches et intérêts. N'oubliez pas de vous inscrire pour être informé(e) de nos nouvelles publications. Merci et bonne visite.

Interview accordée par Abdelouahed EL JAI au Magazine TELQUEL (parue début septembre 2017)


Interview accordée par Abdelouahed EL JAI au Magazine TELQUEL (parue début septembre 2017)



  • Comment évaluez-vous la manière dont a été gérée la réforme du régime de change ?


Il y a lieu de parler d’une débâcle institutionnelle. Le processus effectif de préparation du passage à la flexibilité a été mis en branle par les services de Bank Al- Maghrib (BAM) au printemps 2016 en concertation avec l’Office des changes et la Direction du Trésor. Une campagne de communication et de vulgarisation a été menée auprès des différents acteurs et opérateurs concernés : banques, entreprises... Mais à aucun moment, le gouvernement ne s’est prononcé sur le sujet. Certes, cette période a concordé avec le début de la campagne électorale pour les législatives et par la suite une longue vacance gouvernementale. Mais même avec la nomination d’un nouveau chef de gouvernement au printemps 2017, aucune position officielle sur la question de la flexibilisation du dirham ne semblait se dégager. La présentation du programme du gouvernement aurait été l’occasion à saisir pour y insérer un chapitre relatif au régime de change. Mais aucune allusion n’y a été faite. Pourtant, le ministre des finances du gouvernement sortant est resté à son poste durant la période de vacance et a été reconduit dans la nouvelle équipe. Comment expliquer l’omission de la réforme ? De son côté, le gouverneur de BAM a maintenu sa position de leader tout en impliquant le ministre pour la forme : les deux responsables devaient tenir une conférence de presse pour officialiser l’entrée en vigueur de la réforme. Au mépris de la loi, le Conseil du gouvernement devait être seulement «informé» la veille pour obtenir son adhésion. Le chef du gouvernement s’est vraisemblablement rendu compte au dernier moment du passage en force exercé par la banque centrale et a fini par arrêter le processus et en reporter sine die l’adoption.


  • Comment les choses auraient-elles dû se passer, qui était supposé faire quoi au juste ?


Légalement, les décisions se rapportant au régime de change sont du ressort du pouvoir politique comme l’énonce l’article 8 du statut en vigueur de BAM. Le gouvernement fait donc bien de reprendre la main sur la décision en matière de régime de change en insistant sur le caractère non urgent d’une telle réforme et la nécessité de mener des études d’impact. BAM quant à elle est responsable du volet opérationnel qui reste à vrai dire limité à l’heure actuelle. En effet, la méthode de cotation en vigueur au Maroc est passive et ne laisse aucune possibilité à la banque centrale d’influer sur le taux de change. En fait, elle se contente tout simplement, comme le lui dicte son statut, de calculer et publier chaque jour le cours des devises en utilisant la formule de cotation. Ce n’est qu’après la réforme que BAM sera appelée à jouer un rôle plus actif de conduite d’une politique de change au moyen d’outils techniques mis à sa disposition. Et ce n’est que récemment que le gouvernement s’est décidé à préparer le terrain à cette transformation en remettant à l’ordre du jour un ancien projet de loi pour réviser le statut de la banque centrale (adopté en conseil de gouvernement le 13 juillet dernier), qui lui confie explicitement la conduite de la politique du taux de change.


  • Tout est donc en train de rentrer dans l’ordre…


Oui, à ceci près que BAM ne s’en sort pas indemne de cet épisode. A côté du gouvernement, les banques ont également compliqué les choses en prenant des positions de change importantes suite à l’achat massif de devises auprès de la banque centrale au cours des mois de mai et juin 2017. Le gouverneur, furieux, a qualifié ce comportement de trahison et de manque d’éthique, promettant des sanctions à la hauteur du délit. Mais ce qu’il faut surtout retenir de tout cela, et ce qui est finalement le plus regrettable, c’est que la banque centrale n’est pas parvenue à convaincre ses partenaires les plus proches. Sa crédibilité a été battue en brèche et cela est grave pour la suite. En effet, la flexibilité du dirham est supposée introduire un nouveau cadre pour la politique monétaire où BAM va commencer à annoncer une cible d’inflation. Cette nouvelle manière de faire nécessite une relation de confiance entre la banque centrale et les opérateurs pour que les anticipations d’inflation et de change se forment dans la sérénité.

Cela peut-il aller jusqu’à faire tomber la réforme à l’eau ?

La réforme se fera bien ne serait-ce que parce que le Fonds Monétaire International (FMI) continue de soutenir le projet. Se servant de sa position d’expert et fort de la reconduction récente de la ligne de précaution et de liquidité en faveur du Maroc, son intervention risque fort de faire infléchir le gouvernement ce qui est déjà en train de s’opérer avec la remise à l’ordre du jour de la révision du statut de BAM. Au final, bien que n’ayant fait l’objet d’aucune demande de la part des acteurs économiques ni des représentants politiques, le régime flexible finira par être adopté car ce que les tenants du libéralisme international souhaitent sera tôt ou tard décidé par les autorités. L’enjeu véritable réside en fait dans l’obtention de cet aval si précieux pour accéder au marché financier international. Peu importe que l’adhésion du peuple soit acquise ou non.


  • Vous estimez qu’on n’a pas suffisamment impliqué l’opinion publique ?


L’on juge, à tort ou à raison, le régime de change comme étant un sujet trop technique, ce qui conduit à penser que seule la banque centrale serait à même de conduire une réforme en la matière. Agissant en seul maître à bord, celle-ci s’est surtout attardée à expliquer le côté opérationnel de la chose en considérant tous les acteurs comme étant acquis à la cause. Or la réforme est loin de se limiter à sa dimension technique puisque le taux de change revêt une importance cruciale pour l’ensemble des acteurs de l’économie (Etat, entreprises, consommateurs, épargnants, investisseurs, banques) et se trouve en relation intime avec toutes les variables économiques, en particulier le taux d’intérêt et le taux d’inflation. Un débat national mettant à contribution l’ensemble des forces vives devait se tenir avant de prendre toute décision dans ce domaine.


  • Que faut-il penser de cette réforme dans le fond ? 


Sur un plan purement théorique, le passage à un régime flexible est défendable. Est-ce que le Maroc est prêt à s’engager sur cette voie en l’état actuel des choses, là est une autre question. Les conditions d’un basculement vers un régime flexible ont été précisés par le gouverneur de la banque centrale à plusieurs occasions: des équilibres macroéconomiques maîtrisés de façon permanente, un niveau suffisant des réserves de change, un secteur bancaire solide et des opérateurs bien préparés en matière de gestion des risques de change. Aujourd’hui, ces conditions sont présentées comme acquises. Mais si l’on apprécie ces éléments de plus près, il ressort que la croissance est encore très volatile et étroitement dépendante de l’agriculture. C’était d’ailleurs l’analyse du gouverneur il y a un an. Comment peut-on changer d’avis en si peu de temps, surtout que l’évolution du taux de croissance subit une fluctuation très importante sur la période récente 2015-2017 ? Le budget se caractérise par une situation très fragile. Le déficit affichait, il y a à peine deux ans, un niveau dépassant 7% du PIB. La réduction n’est due qu’à la décompensation des carburants et à des dons reçus du Golfe. Pour leur part, les réserves de change sont soumises à des variations rapides et imprévisibles. A ce sujet, le gouverneur avait prévu en avril 2016 un niveau de plus de 8 mois d’importations pour 2017, alors que nous sommes à peine à 6 mois et resterons à ce niveau durant les deux prochaines années, selon les estimations de BAM. Quant au secteur bancaire, si celui-ci est effectivement robuste pour ce qui est de ses indicateurs de rentabilité, la solidité dont a besoin une politique de change flexible et, de manière générale, une politique monétaire et financière efficace, c’est celle qui permettrait un financement correct de l’économie et une transmission des signaux exprimés par la banque centrale. Or, à en juger par les nombreuses fois où le gouverneur a été obligé de rappeler à l’ordre les responsables de banques pour qu’ils jouent leur rôle de courroie de transmission, le système bancaire marocain est loin du niveau souhaité. Et ce n’est pas le cafouillage de ces derniers mois au sujet des opérations massives d’achat de devises qui va en améliorer l’image. Quant à la préparation des opérateurs et à la communication accompagnant la mise en place de la transition, les résultats obtenus après plus d’une année montrent l’inefficacité de ces démarches.

Enregistrer un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Images de thèmes de Jason Morrow. Fourni par Blogger.