Cher(e) lecteur(trice), merci de vous intéresser à notre Site web, nous espérons que le contenu convient à vos recherches et intérêts. N'oubliez pas de vous inscrire pour être informé(e) de nos nouvelles publications. Merci et bonne visite.

L'OCCIDENT ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN par Pr. Abdelmoughit Benmessaoud Tredano

L'OCCIDENT ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN :

de Hegel à Revel , la même litanie

par Pr. Abdelmoughit Benmessaoud Tredano





L’agression tripartite du samedi 13 avril rappelle, par certains aspects celle contre l’Egypte de Nasser.
Pourquoi le Moyen -Orient et le monde arabe ne parviennent pas à sortir de cet engrenage de sous- développement, de l’instabilité et des guerres fratricides ?
Sans sous-estimer l’attitude négative et défaillante des élites arabes, l’ingérence occidentale au moins depuis Seys-Picot en 1916, a joué un rôle certain dans l’encerclement de ce monde ; certains vont crier au complot ! Il n’y a qu’à lire Robert Fisk, entres autres , (Une guerre de civilisation), un journaliste anglais , fin connaisseur du Moyen -Orient, pour s’en convaincre.
A 3 dates différentes, j'ai mis en exergue cet acharnement occidental à vouloir coûte que coûte dominer cette région ; en 1992 (l'Occident et le monde arabo-musulman : de Hegel à Revel ; la même litanie voir mon livre intitulé « Irak, l’ONU et USA : de la mer des batailles à la guerre des Faucons » ), en 1998 ( Une fable cousue au fil blanc -même référence- ) et en 2015 (in Daech , le Barbare et le civilisé : Charlie, Daech , l’islamisme …et le reste : l’explication qui manque et une responsabilité non- déterminée… !!??).
15 avril 2018

L'OCCIDENT ET LE MONDE ARABO-MUSULMAN : de Hegel à Revel ; la même litanie
Ecrit le 12 mars 1992
Au moment fort de la crise et la guerre du Golfe, nombreux sont les observateurs qui y ont relevé, abstraction faite de la cause immédiate de son déclenchement, l'illustration d'un cri profond contre l'iniquité de l'ordre international. Ils n'ont pas hésité à y voir une confrontation Nord-Sud ou du moins une certaine attitude arrêtée de l'Occident vis-à-vis du monde arabo-musulman. Et ce n'est pas un hasard si celui-ci par le biais de nombreuses mesures s'est évertué à « l'arabiser et la deslamiser ». Ceux-là étaient catalogués d'hystériques et de fanatiques... Il est vrai que d'aucuns, prenant leurs rêves pour une réalité, voyaient dans le conflit des croisés nouvelle manière... Il n'empêche que celui-ci était le début d'une certaine attitude de l'Occident vis-à-vis du monde arabo-musulman.

Ainsi, plus de temps passe plus ce qui n'était qu'une appréhension à peine perceptible commence à prendre forme. Il y a un an dans un essai sur les leçons d'une guerre, le directeur du "Monde", Jacques Lesourne, faisait un constat édifiant: "Par la répercussion qu'elle a eue dans le monde arabe. ; dit-il, la crise a illustré l'unité stratégique de l'immense région qui s'étend du Maroc à l'extrémité orientale des républiques musulmanes soviétiques. Une région diverse, partagée entre les populations arabophones, turcophones ou iranophones, mais secouées par des courants communs: l'explosion démographique, la croissance accélérée des villes, le choc de l'alphabétisation récente d'une part. Mais aussi, ajoute-t-il, l'inégalité dans la distribution des ressources, les vicissitudes du développement, la fascination et le rejet de l'Occident, le lien entre des aspirations démocratiques et un intégrisme qui est moins une spécificité de l'Islam qu'une réponse à des traumatismes individuels et sociaux". Constat lucide et objectif.

LA DIVISION DU MONDE ARABE: UN FACTEUR DE PAIX ?

Mais à l'occasion du premier anniversaire du déclenchement de la guerre du Golfe, peut-être, plus par réalisme que par cynisme le directeur du quotidien parisien en fait un constat différent. 

A une question relative au refus de l'Occident de l'unification du monde arabe il donne une réponse simple mais tragique et lourde de conséquences: "tant que les pays arabes ne seront pas des démocraties stables et pourront engendrer des régimes autoritaires ou totalitaires prêts à toutes les aventures, la division de la région sera la solution la moins dangereuse pour la paix du monde..." Justification? : "La montée du national-socialisme en Allemagne et celle du communisme en URSS sont une leçon que l'Occident n'est pas prêt d'oublier". 

En fait, l'unification du monde arabe est combattue non pas parce qu'elle serait source d'instabilité mais, eu égard à la richesse et à la dimension stratégique de cet ensemble, elle serait à l'origine de sa puissance et un facteur de remise en cause de l'ordre international régnant.
On se rappelle, en effet, que durant cette même crise et guerre du Golfe toute une pléiade d'écrivains et de philosophes refusaient à ce même monde arabe son aspiration à l'unité sous prétexte que cela n'est qu'un slogan et que l'arabité n'est qu'un mythe. Ceux-là qui contestent à celui-ci son aspiration à l'unité en raison, d'absences de facteurs objectifs et des ingrédients nécessaires à toute entreprise d'unification, peuvent-ils soutenir l'existence de facteurs convergents et unificateurs entre les entités portugaise et danoise. Si on exclut leur appartenance au même continent, la pratique du même système capitaliste et un niveau de développement plus ou moins identique qu'y a-t-il de commun entre le Portugais et le Danois au niveau de leur culture de la conscience et de la mémoire collectives? Rien ou presque.
Chez un autre auteur de l'élite française, la perception qu'il a du monde arabo-musulman frise une certaine conception des capacités des races humaines. Elle rappelle à bien des égards des propos d'Hegel sur le contient noir et son rôle dans l'histoire. En effet dans un compte rendu du dernier ouvrage de Jean-François Revel (Le regain démocratique) on relève un discours qui confirme l'exclusion de l'ordre humain civilisé. Pour le chroniqueur du magazine « Le point » l'Islam est "une réalité politico-religieuse jusqu'à présent foncièrement totalitaire..." pour enfin se demander si "... la résistance à la démocratie et au développement ne est-elle pas une maladie arabe au moins autant qu'islamique". 

Peut-on soutenir des propos plus antagonistes et plus exclusivistes. 

Moins nuancé que le Français, le philosophe allemand Hegel disait en 1830 à propos du continent noir: "L'Afrique ne fait pas partie du monde historique, elle ne montre ni mouvement, ni développement et ce qui s'est passé, c'est-à-dire au Nord, relève du monde asiatique et européen.. Carthage fut là un élément important et passager. Mais elle appartient à l'Asie autant que la colonie phénicienne. L'Egypte sera examinée au passage de l'esprit humain de l'Est à l'Occident, mais ne relève pas de l'esprit africain, ce que nous comprenons en somme sous le nom de l'Afrique, c'est un monde anhistorique non développé, entièrement prisonnier de l'esprit naturel et dont sa place se trouve encore au seuil de l'histoire universelle".

LA BOMBE "ISLAMIQUE": UNE HANTISE ET UN CONTAINMENT

Dans le même chapitre mais sur un autre registre, l'Occident pratique une politique de containment technologique vis-à-vis du monde arabo-musulman.
La guerre du Golfe n'est pas seulement une réplique à une agression mais surtout un coup d'arrêt à une ambition. Le comportement de l'Occident vis-à-vis des ambitions irakiennes, jugées démesurées et agressives, l'a bien montré.
A l'époque, le Président F. Mitterrand disait à peu près ceci: les coalisés avaient raison de désarmer l'Irak, en détruisant son potentiel militaro-industriel, faute de quoi en l'espace de deux ans ils devraient avoir affaire à une puissance nucléaire difficilement maîtrisable...
Une année plus tard, un analyste des affaires internationales tient à peu près le même raisonnement: M. François Heisbourg directeur international d'Etudes stratégiques, dont le siège est à Londres, estime qu'en arrêtant le programme nucléaire irakien comme cela a été fait, je pense que l'on a envoyé un signal (sic) assez fort à d'autres "proliférations" potentielles, qui sont obligés de réfléchir à ce qui est arrivé à l'Irak... je crois enfin que Saddam Hussein aura beaucoup du mal à relancer son programme ».

Ce qui explique le discours inquisiteur tenu et entretenu par le même Occident autour de pays potentiellement nucléaires ; en effet, après le précédent irakien, on ne peut ne pas déceler, à travers d'autres exemples une attitude sélective en cette matière vis-à-vis du monde arabo-musulman. La campagne menée contre une supposée coopération nucléaire algéro-chinoise et l'exigence que les Américains formulent à l'encontre du Pakistan lui enjoignant d'abandonner son programme nucléaire avant l'octroi de toute aide sont là pour s'en faire une idée.
Comment peut-on tolérer que l'Occident admette sans rechigner qu'Israël soit une puissance atomique et le refuse à son voisinage arabe ? La justification, selon le directeur dudit institut: "le plus simple serait de reconnaître à Israël à posteriori un statut nucléaire, la bombe israélienne étant entendue antérieure au traité de non- prolifération".
Comme si le nucléaire était seulement une question de texte et de règle de droit !!
Sachant que l'Inde est, depuis des années, une puissance atomique, le même Occident s'obstine à refuser cette prétention au Pakistan. D'aucuns n'hésitent pas à affirmer que le spectre d'une "bombe atomique islamique" hante l'esprit de la hiérarchie militaire occidentale.

Sinon, comment expliquer aussi qu'après l'effondrement de l'URSS les Américains s'évertuent à récupérer les savants soviétiques en matière nucléaire qui seraient tentés d'offrir leurs services à des pays jugés "dangereux" ou "terroristes". Dans ce contexte précis la Libye a été accusée d'avoir fait des démarches dans ce sens.
Et comme c'était le cas dans ses rapports avec les pays ex-socialistes, le monde occidental s'apprête à mettre, si ce n'est déjà fait, une sorte de "COCOM", organisme qui serait chargé de contrôler le commerce de produits et le transfert de technologies sensibles et à usage double (civile et militaire): tout récemment la Commission de Bruxelles s'est prononcée dans ce sens en appelant les Etats membres à une harmonisation de leur législation. L'objectif premier d'une telle politique serait de limiter le transfert de technologie aux pays qui en feraient un "mauvais usage".
Il est vrai que l'attitude occidentale vise tout le sud, jugé désormais source de menaces après l'effondrement de l'Est. Il n'en demeure pas moins que si on exclut le cas de la Corée du Nord à qui les Américains enjoignent l'abandon de leur programme nucléaire et l'acceptation du contrôle de l'Agence Internationale pour l'énergie Atomique, la quasi-totalité des cas qui se trouvent dans le collimateur occidental sont des pays arabo-musulmans.
Décidément, comme si ce monde devait payer le fait qu'à une période donnée de l'histoire de l'humanité il exerçait sa domination, il reconvertissait à sa religion et il enseignait sa culture et sa civilisation. En réalité, on ne devrait pas s'étonner car l'Histoire est écrite par ceux qui la font. Le reste devrait soit se résigner à la subir soit faire en sorte, en relevant les défis, pour pouvoir ainsi y laisser son empreinte et par conséquent en faire partie. 
Faute de quoi, l'oubli est là pour s'en charger.
10 mars 1992



Enregistrer un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Images de thèmes de Jason Morrow. Fourni par Blogger.