Le Sahara, la Palestine, USA et deal du siècle : Un "troc " honteux.




Le Sahara, la Palestine, USA  et deal du siècle : 

Un  "troc " honteux. 

par Pr. Abdelmoughit Benmessaoud Tredano



Ghassan Kanafani,   (écrivain et militant palestinien -FPLP- assassiné par le Mossad    en 1972) disait :

« Si la cause  a de mauvais défenseurs («Avocats»), ce qui importe de changer ce sont  les défenseurs  mais pas la cause ».

 Aujourd’hui la question   palestinienne a ,non seulement ,  de mauvais avocats mais elle n’en dispose pratiquement  plus.

L’épisode lié à la déclaration du ministre marocain des affaires étrangères sur cette même cause en est une des illustrations  les plus édifiantes : et    soulève plus qu’une question.

Quelques vérités à rétablir.

Il faut le dire que ledit ministre n’a aucune compétence encore moins de latitude  pour prendre  une position aussi contestable ; il a été chargé de l’énoncer à l’opinion publique. Un point c’est tout.

La diplomatie marocaine, à travers son ministre  a précisé que  " le Royaume appréciait les efforts consentis par les Américains pour aboutir à un plan de paix "

Il est vrai  que c’est  M. Nasser Bourita. qui l’a dit mais ce n’est pas à lui ; c’est  l’administration américaine qui  a suggéré  la phrase à toutes les chancelleries amies de Washington y compris les Européens. Ce n’est pas moi qui l’affirme  c’est le négociateur en chef de l'Autorité palestinienne  ... Saeb Erekat qui  le précise dans une interview  accordée  à Russia TV (https://youtu.be/aaYUb-fI9uI)

 Le chef de la diplomatie marocaine a dit aussi  "qu’on ne peut  être plus palestinien que les Palestiniens" ;une autre  approximation pour ne pas dire plus. Les Palestiniens, pour la première fois ,  ont rejeté d’une manière unanime  le deal du siècle . Même le locataire de Ramalah , Mahmoud Abbas ,  l’a fait malgré le maintien  de al  coordination  sur le plan sécuritaire avec l’entité israélienne alors qu’il a  agité, à deux reprises  ( A Ramallah et au sommet arabe au Caire le 1fevrier 2020 )  la menace de l’arrêter  .
Il prétend que les Palestiniens  ont conclu les Accords d’Oslo en 1993 avec Israël  et donc on a  qu’à soutenir  les initiatives et les positions palestiniennes ; s’ils l’ont fait c’est  dans l’espoir d’aboutir à une paix juste  mais aujourd’hui   il ne s’agit pas là d’un accord mais d’un dictat ; il  constitue la phase finale   d’un processus  qui a commencé avec les accords Sykes-Picot (1916 ) , en passant par  la déclaration illégale de  de Balfour (2 novembre 1917 ) et la partage injuste  du 29 novembre  1947.
Plus grave encore  sa déclaration comparative entre le Sahara et la Palestine ; en effet M. Nasser Bourita a affirmé   que « le Sahara reste la première cause du Maroc et non la Palestine».

Il importe de rappeler que la question palestinienne a été toujours considérée comme une cause nationale par les pouvoirs publics, les partis politiques et les sydicats et l’ensemble du peuple marocain  
Il faudrait rappeler que le Maroc et  derrière l’initiative de la création de l’OCI au lendemain de l’incendie  de la Masquée Al Qods en 1969.

Il faudrait  aussi rappeler que le Maroc  préside le comité d’Al Qods depuis des lustres..

Last but not least, les grandes décisions concernant la question palestinienne ont été adoptées au Maroc ; on peut citer, entre autres, en plus de celles déjà citées , la reconnaissance de l’OLP en tant que  représentant légitime et unique du peuple palestinien  au sommet arabe de Rabat en  octobre  1974   et le plan de Fès  de septembre 1982 après le silence assourdissant observé par les régimes arabes  pendant l’invasion israélienne du Liban  durant l’été de la même année .

Comment  dilapider ce capital par une comparaison et une hiérarchisation incongrue au niveau de l’importance des deux causes.

Notre cause saharienne est acquise malgré l’absence de reconnaissance des puissances  en raison des intérêts d’Etat.
Car le Maroc a les moyens de sa cause.

Celle du peuple palestinien est plus que risquée ; le deal de  siècle constitue le  dernier coup de semonce pour son enterrement définitif.
Donc elle besoin de notre soutien, surtout dans la situation présente où le monde arabe se trouve dans un piteux état et ce depuis le faux printemps arabe.

Compter sur l’alliance américaine est stratégiquement  une option pétrie de dangers.
Et ce pour plusieurs raisons.

Sans revenir à l’histoire ancienne, rappelons quelques faits.

   Farah Diba, la 3e femme du Shah après le lâchage de son mari  par les Américains au début de la révolution iranienne, avait dit " qu’ils l’ont  jeté comme un Kleenex "  .

Pire encore, le shah n’a pas trouvé un pays  pour être hospitalisé après une errance entre le Maroc, l’Egypte et les Etats Unis.

A la faveur du printemps arabe,  les présidents, Hosni Moubarak  Zine El Abidine Ben Ali, après avoir été portés  sur les fonts baptismaux pendant des lustres ont été sacrifiés froidement en préparation de la carte islamiste,

Plus frais encore , le sang des kurdes n’a pas encore  séché, en effet leur comportement cavlier  vis-à- avis des Kurdes du  Nord de la Syrie a été décidée en direct et sans ménagement !! 

Leur attitude  à l’égard des pays du golfe donne une image pitoyable des rois de cette région.
Comparer avec la manière comment ils se comportent       avec les Iraniens et les Coréens du Nord. Il y a un fossé.


Le secrétaire d’Etat américain  John Foster Dulles aurait dit   "que  les Etats unis n’ont pas d’amis  permanents, d’ennemis permanents mais uniquement des intérêts  permanents " (en fait elle est empruntée au Lord Palmerston 1848).

Comment et quand  peut-on  retrouver   la tonicité de notre voie et voix diplomatiques  ayant marqué nos relations avec la France (durant la brouille de 2014/2015) et sa pique aux  Américains  lors du sommet  Maroc /pays du Golf de Riad  (avril 2016).

Ce monde  ne connait que la loi de la puissance, en attendant la puissance de la loi.

Le  président mexicain Porfirio Diaz, qui dirigea le Mexique de 1876 à 1911, aurait dit « Pauvre Mexique, si loin de Dieu, et trop près de l’Amérique ».

Rappelons que cet Etat,  depuis 1776  a  été en guerre 222 années des 239 années de leur existence, soit presque une guerre par an !!

Peut-on réaliser  la paix, le développement et la prospérité en coopérant un Etat aussi  belliqueux  que sont les Etats Unis d’Amérique ?

On peut attendre Godot







Libellés :
This is the most recent post.
Article plus ancien

Enregistrer un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.