Tsunami à Beyrouth : objectif ultime Téhéran... Pr. A.B. TREDANO


Dévastation après des énormes explosions au port de Beyrouth | Le ...

TSUNAMI A BEYROUTH:  OBJECTIF ULTIME L’IRAN,

VIA BEYROUTH,  BAGDAD,  DAMAS

Pr. Abdelmoughit Benmessaoud TREDANO

 Professeur de science politique et de géopolitique

Université Mohamed V. Rabat.

 

Il est vrai que l’enquête n’est pas encore terminée, et il serait téméraire d’avancer une hypothèse quelconque quant au véritable responsable d’un tel acte.

 On essaiera de voir plus ou moins clair par le biais de réponses à deux interrogations classiques

1.       A qui profite " le crime" ?

2.      Pourquoi maintenant ? 

Que le sinistre soit purement accidentel ou provoqué, il y a des gagnants et des perdants.

Pour comprendre la signification de cet acte, il faut le placer dans son contexte géopolitique régional et international depuis 2017.

L’année 2017 a été marquée par la défaite TERRITORIALE de Daech en Irak et en Syrie.

Depuis, le clivage entre deux blocs qui existait déjà depuis au moins 2011 à la faveur de ce qu’on a appelé le printemps arabe, s’est bien installé et les puissances desdits blocs  se livrent à des guerres sans merci.

Théâtre des opérations : le monde arabe et surtout au Moyen Orient et son extension libyenne.

Les acteurs :

1.Le monde occidental, avec à sa tête les USA, les principautés pétrolières et la Turquie.

Evidemment avec des objectifs différents et nuancés, variant d’un acteur à un autre.

Un seul point commun : réduire l’influence iranienne voire mettre au pas de manière définitive ce pays qui dérange.

2.L’autre bloc dirigé par l’Iran avec comme alliés locaux le Hesbollah du Liban, la Syrie, certains mouvements chiites en Irak et les Houtis au Yémen.

 Quels sont les enjeux qui opposent les deux camps ?

 Il s’agit d’intérêts permanents depuis 1945 et 1948 et qui ont structuré les rapports entre la région, ses Etats et ses peuples avec le reste du monde.

L’année 1945 a été marquée par l’accord de Quincy : pétrole sécurisé et bon marché pour l’Amérique et sécurité pour l’Arabie Saoudite .

Il est vrai que l’acteur iranien n’était pas là ou du moins il n’était pas "du mauvais côté " puisqu’avec Israël ils constituaient les sentinelles de l’Occident au Moyen-Orient.

Toutefois, le pétrole et la sécurité d’Israël sont restés les questions lancinantes dans la région ; même si les Etat- Unis sont devenus, depuis quelques années, exportateurs grâce à la production du pétrole et du gaz de schiste (Pennsylvanie, Texas, Dakota du Nord…)

LE STATUT DE PUISSANCE NUCLEAIRE CONTESTE

Ce qui est nouveau c’est l’aspiration au   statut de puissance de l’Iran depuis 1979 et à une prétention à la puissance nucléaire depuis une vingtaine d’années.

Et la faiblesse du monde arabe, la destruction de l’Irak à deux reprises (1991 et 2003) et de la Syrie et de leurs armées (la syrienne un peu moins) et ce depuis au moins le fameux printemps arabe.

C’est pour mettre fin à cette prétention que les USA, Israël et les Européens et les pays du Golfe ont mobilisé des moyens colossaux ; des sanctions, des assassinats de savants iraniens et des menaces de guerre souvent agitées pour ne pas la déclencher à cause des conséquences incommensurables dans la région et des éléments de puissance non négligeables dont dispose l’Iran (la puissance balistique entre autres).

Comment, sans faire la guerre totale à celui-ci, réduire "sa capacité de nuisance " ?

C’est à cette tâche que ce groupe de pays s’est attelé.

La stratégie est la suivante : comme l’objectif final c’est de renverser le régime islamique et comme une guerre frontale n’était pas souhaitable, il fallait détruire les alliés de l’Iran.

Sans remonter loin, on peut considérer que ça a commencé avec l’assassinat de Rafiq Hariri en 2005 et évidemment l’accusation a été tout de suite orientée vers la Syrie et hezbollah. Et dans le sillage, Chirac après avoir fait le Héros (en 2003 avec un coût exorbitant) il s’est rallié à Bush, pour se faire pardonner, et ce en faisant adopter une résolution obligeant les Syriens à quitter le Liban 

Ils ont enchaîné avec la guerre contre Hesbollah en 2006 avec comme toile de fond le Grand Moyen Orient. Une sorte de Sykes-Picot II inspiré par les néoconservateurs (Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, Dick Cheney, Richard Perle… entre autres ..) et avec une filiation pas trop lointaine des écrits de l’historien juif ( de nationalité britannique  d’abord puis  américaine et israélienne) en l’occurrence Bernard Lewis.

La nature de l’opération : un dépeçage systématique du monde arabe avec un partage à base ethnique, tribale et religieuse. Le printemps arabe leur a donné une opportunité inégalée.

En effet depuis 2003 et surtout 2011, un travail de destruction méthodique est enclenché.

Avec le même objectif : arrêter les ambitions de l’Iran en éliminant les alliés locaux dans le monde arabe.

LE LIBAN SOUS PRESSION AMERICAINE

Imaginez l’acharnement des Américains depuis une année contre L’Irak dont le Parlement a eu la mauvaise idée de demander leur départ et surtout contre le Liban depuis octobre 2019.

Prenons le cas du Liban :

Les Américains contrôlent le système financier et bancaire.

Le dollar ne rentre plus au Liban et la Lire libanaise s’est effondrée (un autre Paradoxe du Liban double monnaie, on ne sait pas pourquoi) à cause des manipulations des Américains et de la corruption des élites libanaises

En outre, par le truchement, de la Loi américaine appelée César contre la Syrie, le Liban en subit les conséquences.

Imaginez que le Liban n’a pas le droit de commercer avec la Chine, la Russie encore moins avec l’Iran alors que les pays du golfe alliés des Etats Unis ne se privent pas.

La Chine a proposé 3 grands projets : une ligne de chemin de fer sur toute la côte libanaise, 2 ou 3 centrales électriques et un important tunnel. Et la Chine attend toujours le feu vert du gouvernement libanais incapable de décider à cause de la pression américaine et de la résistance des alliés locaux de l’Occident.

Imaginez que le Liban n’a pas le droit de prendre langue avec la Syrie pour négocier le départ des réfugiés syriens sous prétexte que la Syrie n’est pas encore sécurisée.

Et plus grave encore, il ne peut commercer avec elle alors qu’il s’agit de sa seule ouverture terrestre !!

Imaginez qu’on refuse à l’armée libanaise d’avoir un armement conséquent tout en demandant aux autorités libanaises le démantèlement des armes de Hesbollah.

Le Liban n’a pas le droit de se défendre contre les incursions permanentes d’Israël, sans parler des guerres et les occupations conduites par ce dernier contre ce petit pays. 

Il n’est pas inutile de rappeler d’autres éléments du contexte qui peuvent aider dans l’explication de la crispation et de la tension qui prévalent entre les protagonistes depuis quelques semaines dans la région :

 

1.      Des attentats ont été commis ces dernières semaines en plein cœur de l’Iran et dans des endroits stratégiques.

2.      Des bombardements de plus systématiques des sites iraniens et du Hesbollah  en Syrie.

3.      Accord militaire stratégique entre l’Iran et la Syrie.

4.      Accord économique stratégique entre l’Iran et la Chine.

5.      Tentation du Liban vers une coopération avec la Chine, la Russie et l’Iran. 

 

6.      La proclamation du Patriache maronite Bichara Boutros Er-Raîî portant la nécessité de débattre de la neutralité du Liban. Proposition est loin d’être neutre !!

 

Ce qu’on attend du Liban 

Pour entrer en bonne grâce aux yeux des Américains et les Occidentaux en général voilà ce qui est demandé aux officiels libanais

7.      Contrôler l’armement de Hesbollah

8.      Accepter un changement du mandat de la FUNUL , en les transformant en inspecteurs permanents des mouvements du Hesbollah et permettre à son personnel le droit de fouiller les maisons des habitants au Sud du Liban .

9.      Ratifier les frontières terrestres avec Israël et dans le sillage celles maritimes et ce pour gagner des m3 de gaz dans le bloc 9 disputé par les deux pays

10.  Installer définitivement les Palestiniens en leur accordant la nationalité libanaise

11.  Installer définitivement les réfugiés Syriens en leur accordant la nationalité libanaise ce qui explique l’absence de volonté ou du moins la capacité à décider du retour desdits réfugiés.

12.  Signer un traité de paix avec Israël serait le bouquet final.

Si le Liban répond à ces demandes, sa situation changerait du tout au tout ?

C’est possible. Mais la dignité en moins. Pourquoi cela ne s’est pas réalisé avant lorsque les alliés locaux de l’Occident régnaient sans partage

 Donc rien n’est moins sûr.

On fait miroiter aux Libanais l’Eden, il suffit qu’il s’éloigne du bloc iranien !!

Le Liban a résisté durant des années.

Aujourd’hui, il est exsangue. Les effets cumulés des sanctions, de l’effondrement de la livre libanaise, d’une économie de rente, l’inefficacité d’un régime politique à base confessionnelle poussée jusqu’à l’extrême ne peuvent que créer une situation de mécontentement généralisé devant pousser les libanais à penser que leur malheur c’est le Hesbollah.

L’explosion, somme toute énigmatique (dépôt prolongé du nitrate d’ammonium, dont la moitié a été volée et remise en 2014 à Daech et à Al Nosra en Syrie, absence de précautions minimales ,) du Port de Beyrouth s’inscrit dans ce contexte.

Qu’elle soit d’origine accidentelle ou provoquée, cette explosion avait comme fonction de créer un climat insurrectionnel devant conduire à la chute du gouvernement actuel (déjà réalisé), jugé pro Hesbollah ,  et à terme au  démantèlement de l’arsenal militaire voire la disparition de ce dernier  comme structure  politico-militaire.

 

CELA ETAIT VALABLE AVANT.

 

 

Aujourd'hui, après la double explosion il y a, semble-t-il, un début d'assouplissement. 

Cette nouvelle attitude est dictée par une sorte de réalisme des puissances ; éviter de tout perdre au Liban qui risque de s'orienter vers la Chine et la Russie voire l'Iran.

  

 

En effet, Il semble qu'il y a quelque chose de changé dans les rapports de ces puissances vis- à-vis du Liban avec un Hesbollah dominant. (1)  

 

Quelques indices :

 

 

1.La visite de Macron à Beyrouth

 

Il importe de souligner que le président français, en coordination avec les Américains, a été chargé apparemment de négocier le tournant au Liban.

Le seul interlocuteur qui peut être accepté par tous les protagonistes libanais

 

Le Hesbollah a salué cette visite. Par ailleurs, M. Macron a refusé une rencontre exclusive avec le parti de M. Saad  Hariri et de mettre à l’ordre de la réunion l’armement de Hesbollah

 

2.La rencontre avec tous les dirigeants libanais y compris le représentant de Hesbollah (2).

 

3.La conférence de don organisée le dimanche 9 août sous le patronage de la France et de l’ONU (3) ; peut-être ça peut traduire un début d'effritement de la politique de sanctions.

 

4.L'afflux de dons importants pourrait confirmer le début de la fin des sanctions même provisoire ; en effet les Etats se positionnement même parmi ceux qui craignaient la colère et les représailles américaines. 

 

5.La France veut se réintroduire dans la région avec le Liban (des chantiers énormes dans trois pays détruits le Liban, la Syrie et l’Irak).

 

6. La bataille de demain est celle du Gaz en Méditerranée orientale ; des réserves importantes qui attisent tous les appétits et les guerres de demain.

 

Les puissances ne raisonnent qu’en terme de rapports de force et surtout d’intérêts ; en effet, comme disait un secrétaire d’Etat américain John Foster Dulles « les Etats Unis n’ont pas d’amis permanents, d’ennemis permanents mais que des intérêts permanents » (4) 

 

Pourquoi ne pas composer avec Hesbollah y compris de la part des Américains .

 

7.Qu’il ait reconduction de Trump ou élection de Biden, l'idée de la reprise des négociations avec L'Iran fait son chemin. 

La stratégie d’affrontement s’est révélée inefficace. 

 

On change le fusil d’épaule. 

 

Une vérité qui peut déranger pas mal de monde 

 

Si l'Occident peut s'assurer auprès de l'Iran de la sécurité d’Israël, je suis convaincu que ce monde occidental ferait tous les accords possibles et imaginables avec Téhéran. 

 

Que cette nouvelle stratégie occidentale (sauver ce qui peut être sauvé) aboutisse ou pas, l'issue... que connaitrait la situation de chaos au Liban et en Irak en particulier et au Moyen Orient en général, déterminera les rapports de forces entre les deux blocs qui se font la guerre par alliés interposés. et le devenir de toute la région.

 

11 août 2020

 

Notes 

 

1.Pour l’actualité libanaise, voir les liens suivants :

 

https://mail.google.com/mail/u/0/?tab=rm&ogbl#inbox/DmwnWsLPvSMJZbmLVsnKGrJfFbGcxRKcSbfXdMjzJMpHMZCMKTLKpksQtQjWJNvnlVwGMnhMDsDG

https://mail.google.com/mail/u/0/?tab=rm&ogbl#inbox/DmwnWrRspxWvCQpKGzGPBZMnLBdbnKwGNnjjnsjXrlJCzrcmnFvlQNGrvknGKrZTngnKvpLSNHtL

 

https://www.lorientlejour.com/article/1228502/a-la-residence-des-pins-macron-rencontre-les-chefs-de-partis-et-la-societe-civile.html

 

2.Idem.

 

3. https://www.lorientlejour.com/article/1228826/les-participants-se-sont-engages-sur-une-aide-de-250-millions-deuros.html

 

4.. En fait la phase est « d’Henry John Temple, 3ᵉ vicomte Palmerston, plus connu sous le nom de Lord Palmerston, qui est un homme d'État britannique,

 

« Un grand pays n’a pas d’amis. Les hommes peuvent avoir des amis, pas les hommes d’État. »

Charles de Gaulle – Extrait d’un entretien au magazine Paris Match, le 9 décembre 1967 ».

 

https://miscellanees01.wordpress.com/2018/12/27/degaulle-palmerston-etats-amis-interets/#:~:text=Henry%20John%20Temple%2C%20Lord%20Palmerston,les%20hommes%20d'%C3%89

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Libellés :

Publier un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Fourni par Blogger.