printemps arabe, dix ans après.. Abdelouahad GHAYATE













Printemps Arabe : Révolutions ou Conspiration ?

par Abdelouahad GHAYATE

Chercheur en Science politique et Géopolitique

Dix ans se sont écoulés sur le printemps arabe, cette décennie a été témoin de la misère du monde arabe, de sa destruction et de sa ruine, chose qu’il n’a pas connu depuis des siècles.

Dix ans passés, leurs répercussions et l'étendue de leur impact dépassent de loin ce que les Tatars et les Croisés ont fait dans la région. Le monde entier a vu et entendu ce qui se passait, des émeutes éparses, des scènes de terreur et d’affolement ont fait le tour du monde, pour ainsi dire, le développement des médias et des moyens de l’information et de la communication ont été à la base de la vulgarisation et de la propagation de ces émeutes, de l’Océan au Golf, de sorte que la profondeur et l'exhaustivité de cette technologie de pointe sur les humains et la société sont plus fortes que tous les cataclysmes de l'histoire qui se sont produits dans une certaine région sans que les voisins ne sachent, ou n’entendent qu’après des mois voire des années.

Dix ans après les « soulèvements arabes » qui ont exprimé de réelles inquiétudes et de tragédies, et qui ont été le résultat de sociétés bouillant sous les feux de l'injustice, de l'oppression, de la corruption et de l'échec durable. Cependant, ces « soulèvements honnêtes » chez des gens simples se sont transformés en une conspiration majeure chez ceux qui peuvent diriger le gouvernail et contrôler le mouvement des masses, Par le biais de médias ciblés, d'activistes rémunérés, de mouvements religieux opportunistes, d'élites culturelles et politiques qui sont devenues accros à la dépendance étrangère et vivent du commerce des patries.

Ils ont appelé ces « soulèvements » le « printemps arabe », à l’instar du printemps de l'Europe de l'Est, en référence au printemps des peuples de 1848, mais la succession des événements a renversé l'équation, révélant le fait qu'il s'agissait d'une chute dans laquelle les États, les sociétés, les institutions, les valeurs et la morale tombaient comme des feuilles des arbres en automne. Les bénéficiaires de cette chute arabe aiment appeler cela des révolutions arabes, et l'objectivité et l'exactitude exigent que la description soit complétée en disant que ce sont des révolutions arabes ratées, et les bénéficiaires des régimes antérieurs à la chute arabe aiment appeler cela des conspirations internationales et régionales, et la vérité est que nous devons dire que ce sont des conspirations réussies.

Et entre échec et succès, la véridique réalité arabe est évidente après dix ans, une réalité qui dit que les sociétés arabes qui se sont soulevées contre leurs dirigeants défaillants, corrompus et oppressifs ont à leur tour échoué à être meilleures qu'eux, ou plus réussies qu'eux, ou moins corrompues qu'eux, ou plus justes qu'eux, Le résultat est que l'échec ultérieur de l'automne arabe est plus cruel, oppressant et corrompu que le précédent.

Dans le même temps, la réalité nous dit que le complot - pour ceux qui croient qu'il y a un complot - a bien réussi à détruire le plus grand nombre possible de pays arabes densément peuplés avec les emplacements stratégiques les plus importants, gaspillant les ressources du reste des pays arabes et les confondant avec les problèmes et les répercussions de l'effondrement de leurs voisins.

La question centrale demeure posée : pourquoi est-ce arrivé ? Pourquoi cet échec généralisé auquel personne n'a échappé ? Pourquoi de telles catastrophes ne se sont-elles produites dans aucune autre région dont les peuples ont tenté de changer leur condition de vie pacifiquement ou violemment ?

En comparaison avec d'autres expériences en Europe de l'Est, en Asie de l'Est et en Afrique, la réponse peut être dans un fait, À savoir, les « soulèvements arabes » étaient un mouvement sans vision, vraiment sans idée, des muscles sans esprit et des masses massives sans tête. Ici, certains de ceux affiliés à des partis qui emploient la religion pour obtenir des gains matériels, tels que l'organisation des mouvances islamiques en faillite, ou certains intellectuels libéraux ou de gauche, peuvent objecter, affirmant que leurs mouvements étaient sous la direction des révolutions, et que leurs mouvements et leurs partis avaient des programmes et des idées.

Le fait confirmé par l'expérience réelle est que les courants politiques qui ont pris les devants du podium en menant les « soulèvements arabes », qu'il s'agisse des mouvements qui emploient la religion à des fins politiques ou des courants libéraux et gauchistes, manquaient tous d'une vision d'avenir, et d'un projet politique capable de tracer une feuille de route pour la société et l'État pour sortir d’un état de stagnation à un état de vitalité, d’affermissement et de progrès.

Tous ces mouvements religieux et laïques excellaient dans l'opposition, et la considéraient comme une profession, une justification d'existence et une source de subsistance. ils ont vécu dans un état d'opposition jusqu'à ce qu'ils deviennent des professionnels de la critique, de l'objection, de la déformation et de l’entrave à l'adversaire, et ils n'ont fait aucun effort pour développer des visions, des plans et des projets futurs alternatifs, ils n’ont pas pu mettre en place un véritable programme pour l'avenir de leur pays d'origine, et aucun d'entre eux n'a été en mesure d'avoir un gouvernement de l’ombre, ni réussi à faire des hommes d'État dans le vrai sens du terme. Par exemple, quand les frères musulmans se sont emparés du pouvoir en Égypte, ils sont venus avec des gens sans expérience, ni compétence ni connaissances réelles, et les ont placés dans des postes politiques Suprêmes, ministres, gouverneurs ou autres.

La tragédie des Arabes au cours des dix dernières années est que les peuples étaient en colère contre leurs conditions de vie, prêts à sacrifier leur vie pour le changement, tandis que les élites étaient détendues et insouciantes et n'étaient pas prêtes à diriger le changement. Conséquence, les peuples sont sortis et envahi les grandes artères des capitales et des grandes agglomérations, soit de leur propre volonté, soit sous le règne de ceux qui ont les fils du complot. Ce qui est important ici, c'est que l’histoire nous enseigne qu'ils sont sortis par millions et que le secret derrière leur sortie est laissé jusqu'à ce que la vérité apparaisse dans un avenir proche ou lointain, mais les élites dans toutes leurs variétés, des mouvements religieux à la gauche, n'étaient pas prêtes pour le changement et n'étaient pas prêtes à diriger, elles étaient occupées par le butin, en cherchant la plus grande part du butin de la nation, de la richesse, et des postes.

C’est ce qui s’est passé en Égypte, avec l’arrivée des Frères musulmans pour diriger l’Égypte, c’est ce qui s’est passé au Yémen, ce qui s’est passé en Syrie avec les marchands de l’opposition, et cela se passe encore en Tunisie et en Libye à ce jour.


Publier un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *

Fourni par Blogger.