La crise du politique, une crise de confiance... Pr.A.B.TREDANO










 La crise du politique, une crise de confiance

Pr ;Abdelmoughit BENMESSAOUD TREDANO

Professeur de science politique et de géopolitique

Université Mohamed V.

  

(Un extrait d’un article écrit au lendemain du désastre électoral de 2007)

 

« Depuis Adam Smith et Karl Marx jusqu’à Max Weber et Fernand Braudel, on n’a cessé de s’interroger sur les causes de la « richesse des nations » ou de leur pauvreté. La plupart des penseurs ont privilégié les explications matérielles : capital, travail, ressources naturelles, climat. Et si les mentalités et les comportements constituaient le principal facteur du développement - ou du sous-développement ? ».[1]

                                                                                                  Alain Peyrefitte 

La société de confiance c’était le titre de son ouvrage…

Ce qui valable pour le développement l’est pour le politique et tout le reste. Les sociétés et les Etats sont un tout.  

A quoi sert les élections ?

A quoi sert les institutions ? Le parlement, le gouvernement ?

Lorsque l’on sait que le pouvoir est entre les mains du roi.

La majorité, les programmes des partis, la campagne électorale tout cela n’est qu’un décorum !!

 

Cette année 2021, un long processus électoral est théoriquement programmé.

Si les conditions sanitaires le permettent .

 La question cruciale qui se pose est, sans conteste, celle de la confiance qui se traduit par une crise à tous les niveaux

D’où vient cette crise ?

Ci-après un extrait d’un article écrit au lendemain du désastre électoral de 2007 ou l’abstention a battu tous les records.

A peine un marocain sur cinq ne s’était senti être concerné par cette échéance politico-électorale !!!

 

22 avril 2021.

 

 

LA CRISE DU POLITIQUE

Depuis un certain nombre d’années, on constate de plus en plus une désaffection des citoyens vis- à- vis de la chose politique et publique et ce même dans les pays démocratiques.

Les manifestations de cette désaffection peuvent être résumées provisoirement dans les traits suivants :

- Une abstention de plus en plus croissante

- Une régression du civisme

- Des majorités politiques de plus en plus réduites et hétéroclites

 

- Une désocialisation importante d’une grande partie de la population (Les jeunes, les personnes âgées, les marginaux, les chômeurs….)

- Des sociétés de plus en plus éclatées

- L’absence, de plus en plus fréquente, de ce qu’on peut appeler « la pédagogie de l’exemple »

Les facteurs de la déliquescence au niveau général

Le constat :

La défiance via- à -vis du politique en général (« Tous pourris », ou bonnet blanc, blanc bonnet)

Les causes :

*La complexité de plus en plus croissante de la vie en société

*L’ingouvernabilité des Etats

*La crise de la démocratie : elle a perdu les deux supports qui l’ont porté depuis son affirmation en Occident au XIXème siècle à savoir la nation et le la notion du collectif (d’appartenance à un peuple/ et de sentiment solidaire)

-Le cadre de l’Etat -nation avec le développement de la supranationalité (Ex : UE)

-Le Collectif /ou sentiment d’appartenance à un peuple    et de solidarité collective : développement d’un trop plein de protections de l’individu au détriment du collectif, de l’intérêt général

*Le désengagement des Etats des services publics (L’Etat providence contesté et remis en cause sous la pression de la vague libérale depuis les années Reagan et Thatcher et confortée durant la décennie 90 jusqu’à la crise de septembre 2008 et ses prolongements actuels)

*Les effets déstructurant d’une mondialisation non -régulée

* La déliquescence des acteurs de la socialisation (La famille, l’école et l’espace public : Associations, syndicats, partis politiques)

*Les effets pervers de l’image et de communication notamment en matière de consommation et de besoins (une société consumériste effrénée) ; une pression de plus en  plus importante au niveau de la demande globale face à la faiblesse de la création de richesses : « Tout le monde veut Tout et Tout de suite ».

*La disparition des grands projets mobilisateurs et l’absence des personnages charismatiques

*La banalisation du politique et  des responsables politiques : une sorte de «désacralisation» de l’homme politique avec le processus de «peopolisation»

Les facteurs de la déliquescence au niveau du Maroc 

En plus des raisons explicitées plus haut, il y a des causes spécifiques au Maroc :

- Affrontement historique entre deux légitimités avec toutes les conséquences sur les partis politiques dits   d’opposition.

- Les limites du système politique face à l’évolution historique et sociologique

- Des gouvernements pléthoriques et hétéroclites sans cohérence politique

-  Ministères de souveraineté (plus moins limités depuis 2011/ avec un contrôle et une tutelle à distance…)

-  Marge de manœuvre limitée du gouvernement et effritement de ses compétences au profit d’organismes extra-gouvernementaux (commissions et fondations)

-   La faiblesse de l’institution du premier ministre ou l’autolimitation (ex : le partage en matière de nomination, malgré la réforme constitutionnelle de 2011…)

- Dysfonctionnement entre les différents gouvernements et l’administration centrale et territoriale (à cause de l’omniprésence du ministère de l’intérieur), surtout lorsqu’il est assuré par un proche du système et ce malgré la réforme de 2011

Source :

« La question politique, démocratique et partisane au Maroc »,

Abdelmoughit BENMESSAOUD TREDANO

In « Les élections locales du 12 juin 2009 et la question politique et démocratique » ; (sous la direction de A. Benmessaoud Trédano,), Avril 2010, 300p. Publications du CRESS.

 

 



[1] La quatrième de couverture du livre La société de Confiance, Essai sur les origines et la nature du développement d’Alain Peyrefitte, Éditions Odile Jacob.


Libellés :

Enregistrer un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.