Hommage au Pr. Ahmed EL GHARBAOUI... Pr M.KERZAZI








 

 


 



Ahmed EL-GHARBAOUI, l’homme de défi

(L’apport scientifique et son engagement politique)

 Moussa KERZAZI, 

Professeur Emérite de l’Université Mohammed V, Rabat

 

Ahmed EL-GHARBAOUI, qui a eu l’honneur de l’hommage répété et bien mérité par ses élèves, ses camarades et ses collègues (à Rabat, Marrakech..), même après sa mort, est digne de respect et d'estime. Homme autodidacte, il a défié les traditions dépassées et le retard social du milieu familial modeste dans lequel il a vu le jour dans les environs de « Teroual » en 1940, non loin  de la ville d'Ouazzan  au prérif. Enfant, il était berger et gardait le troupeau familial de chèvres et de moutons. Son père n’était pas chaud à l’idée de l’envoyer étudier à l'école.  Malgré ces obstacles sociaux qui ont bercé son enfance, Ahmed EL-GHARBAOUI a pu atteindre des accomplissements inespérés grâce à son intelligence et son esprit alerte précoce.

 En effet, feu El-Gharbaou a su tracer une feuille de route pour son parcours scientifique et pédagogique, allant jusqu'à décrocher son diplôme de Doctorat en Troisième Cycle à la fin des années soixante de l’une des plus prestigieuses universités françaises, suivi par un Doctorat d’Etat en géographie dans les années 1980, ce qui le plaça en tant que premier Docteur d’Etat géographe marocain et l’inscrivit parmi l'élite universitaire marocaine reconnue dans le domaine de la géographie et de la cartographie, constituée des Professeurs-chercheurs distingués de l'Université Mohammed V. Enfin, on ne peut clôturer cette note sans faire un clin d’œil à l’homme militant syndicaliste et politique qu’était feu Professeur El-Gharbaoui.

1.                        De l’enfant berger au Docteur d'État lauréat de la Sorbonne

La biographie de Feu Ahmed EL-GHARBAOUI représente certes une réelle inspiration pour la jeunesse marocaine montante, qui manque souvent de moyens financiers pour atteindre ses objectifs scientifiques et de promotion sociale. En effet, Ahmed EL-GHARBAOUI a grandi dans un milieu modeste, où la science et les hommes de sciences n’ont que très peu leur place. Dès son enfance, empêché d'entrer à l'école, l’enfant, a été forcé de devenir un berger de moutons et de chèvres.

Cependant, malgré tous les obstacles familiaux et sociaux qui reflètent les aspects du sous développement dans la société rurale au Prérif, dans laquelle il a grandi, Ahmed EL-GHARBAOUI a quitté sa petite famille pour s'installer chez sa grand-mère maternelle, qui l’a inscrit à l’école primaire. En raison de l’intelligence précoce du jeune élève et des signes de sa forte personnalité, il a reçu l'attention de son professeur à l'école primaire à la campagne, puis par certains de ses professeurs marocains et étrangers, ce qui lui a permis d’avoir la chance de poursuivre ses études au collège dans la ville d'Ouezzane, et plus tard à Rabat.

Face à ses faibles moyens financiers, dès son jeune âge, Ahmed EL-GHARBAOUI a été contraint de travailler dans l'administration marocaine (PTT, ministères de finance, de Jeunesse et de sports), pour subvenir à ses besoins matériels en parallèle à ses études.

 

N’ayant pas eu la chance d'obtenir son diplôme de baccalauréat, le regretté a poursuivi ses études à la Faculté de droit de Rabat pour obtenir le certificat de capacité. C’est à cette époque qu’il a rencontré Feu Aziz Belal qui l’a recruté au Parti communiste marocain (PCM).

En 1962, Feu El-Gherbaoui s'est envolé à Paris où il a réussi à obtenir un diplôme d'entrée à l'université, ce qui lui a permis de s'inscrire pour poursuivre ses études universitaires et obtenir les plus hauts diplômes de l'Université de la Sorbonne à Paris. Ce faisant, il a été le premier géographe marocain à couronner son parcours scientifique universitaire en obtenant un Doctorat d'État en géographie en 1980. Sa thèse, qu'il a publiée en 1981, était très distinguée, combinant les sciences exactes (Branche géomorphologie) en relation et en interaction avec l'homme (géographie humaine). Le sujet de sa thèse « La terre et l'homme dans la péninsule tingitane », constitue l'inauguration d'une nouvelle école de pensée holistique, concernée par les manifestations de l'environnement centrées sur l'homme dans son interaction avec la nature[1].

Cette étude sur la Rif occidental est considérée comme un prélude à ce qui viendra des études environnementales qui relient tous les éléments naturels, humains, historiques et économiques, malgré sa spécialisation géomorphologique. Avec cette innovation scientifique, il a formé une pépinière de jeunes chercheurs pour l'émergence d'une école de géographie marocaine qui serait renforcée par les thèses de ses étudiants plus tard.

En tant que géographe et cartographe expérimenté dans les méthodes scientifiques, les approches analytiques complètes et la conceptualisation, Feu El Gharbaoui est devenu un expert dont l'État dépend pour contrôler les cartes, et contribue à l'élaboration d'un atlas sur les pays du Maghreb et de cartes murales éducatives sur le Maroc. Il est également considéré parmi les scientifiques et experts d'élite qui ont contribué au développement d'études sur le projet de liaison bitume, qui vise à relier les continents européen et africain, par voie terrestre, à travers le détroit de Gibraltar reliant le Maroc à l'Espagne.

En outre, c’est à M. El Gharbaoui qu’on doit la supervision d’un important volume sur la géographie physique et géologique du Maroc dans la série de «  La Grande Encyclopédie du Maroc »[2].

Sur un autre registre, Feu El Gharbaoui  a pu rechercher et approfondir les recherches sur le patrimoine cartographique arabo-islamique, afin de répondre aux allégations de certains fanatiques occidentaux, qui nient la contribution de la civilisation arabo-islamique au développement de la science, y compris la géographie et la cartographie  (Al-Adrissi, Ibn Battouta, etc.). Il a rassemblé ses articles de recherche dans un livre intitulé « Cartographies et géographies arabo-islamiques à l'ère de la prospérité »[3], publié l'année de sa mort en 1999.

 

Ahmed EL-GHARBAOUI était loin d’être une personne statique, limitée ou introvertie, en effet, le jeune homme avait de larges horizons d’intérêt  débordant de créativité artistique et poétique. A cet effet, le jeune homme rédigeait des poèmes dans la langue de Molière. Il s’intéressait également à l'art cinématographique, contribuant à l'animation de ciné-clubs et remporte même le premier prix de théâtre en réalisant les scénarios de la pièce "Hamatsheh", ce qui lui a permis de passer un stage thématique d’un mois en France.

2.Contributions de  Si Ahmed EL GHARBAOUI (A.) en tant qu'intellectuel organique et penseur engagé

Les caractéristiques évoquées du profil de Feu A. El Gharbaoui, constituent en effet, un prolongement de son historique en tant qu'intellectuel et penseur organique engagé pour des causes justes, avec la plume et l’action sur le terrain. En effet, ce dernier a consacré son savoir scientifique et ses connaissances au service de son pays et de son peuple, ainsi que pour différentes humanitaires à travers le monde. Loin de rester confinée dans sa tour d'ivoire ou d’être l’intellectuel « de salon », le défunt était un homme de terrain proche des préoccupations du peuple et de son pays.  Il était également au centre du combat depuis sa jeunesse. A ce propos, il a utilisé sa formation en histoire pour élaborer une étude[4] de 60 pages sur la fameuse guerre du Rif, dans les  éditions d’Al Bayane.

Au vu de la profondeur de l'analyse historique et des circonstances entourant la publication de cette étude, Feu Ali Yata, Directeur du journal Al Bayane a tenu à présenter cette étude fort intéressante en Novembre 1974 à Casablanca. Voici un extrait du discours prononcé pa Feu Ali  Yata à l’égard de cette étude : «… écrite par le camarade Si Ahmed EL GHARBAOUI , Professeur de géographie à la Faculté des Lettres et des sciences Humaines de Rabat, Université Mohammed V. Par ailleurs, l’étude a déjà fait l’objet de publication dans une série d'articles sur les colonnes du journal "AL BAYANE" en français, au cours des mois de janvier et février 1973. En raison de l’intérêt conséquent exprimé par les lecteurs du journal "Al Bayane" et dans la quête de l’introduction des pages lumineuses de notre glorieuse histoire aux jeunes du pays - ajoute Ssi Ali dans son introduction - nous avons décidé de l'imprimer.

A l'heure où se pose, plus que jamais, la question de la libération du Sahara occidental marocain occupé par l'Espagne, la jeunesse marocaine devrait se familiariser avec la bataille de Mohamed ben Abdelkrim Al Khattabi, le rifain, afin de se mobiliser pour la libération des villes encore occupées » (fin de la citation).

Il convient de rappeler les principes de Si Ahmed, qui se manifestent clairement dans ses écrits, y compris cette étude de l'épopée du Rif où à des questionnements profonds, Feu El Gharbaoui est clair : Que représente "le Rif?" sinon une partie de la patrie du ‘Maroc’ ; et qui est le «Rifain» sinon un marocain, loin de tout tribalisme ou régionalisme.

« Au Maroc, le Rif est la région septentrionale du pays, géographiquement parlant : il ne s’agit donc ni d’une tribu, ni d’un peuple. Les rifains sont partie intégrante du peuple marocain, mais le Rif a pris au début de ce siècle un sens politique particulier en symbolisant la résistance héroïque de notre patrie à l’invasion étrangère » - p.7

Et de poursuivre que le Rif a toujours été une terre de résistance. Ses habitants avaient auparavant résisté aux Romains, mais ils se sont rapidement convertis à l'Islam, et ont envahi l'Espagne. Ils ont accepté la création du premier pays islamique dans le Rif. Le Rif était une forteresse pour les moudjahidines (les combattants) au 17ème  siècle contre l'impérialisme espagnol au 20e siècle, sans oublier la résistance des marocains aux occupants français dans l'Atlas et aux Espagnols au Sahara et dans l’ensemble du pays.

Nous pouvons déduire de l’introduction d’Ali Yata que l’étude a une signification politique profonde. Et qu'elle a constitué une contribution précieuse, publiée en temps opportun, en ce qu’elle a ouvert la voie à la Marche verte organisée deux ans après sa publication sous le règne de Feu le Roi Hassan II le 6 novembre 1975.

Le moment de la publication de cette étude sur la guerre du Rif a montré à quel point Ssi Ahmed était sensible aux transformations et mutations en cours en Espagne et aux plans de ses dirigeants visant la création d’un état artificiel sous leur contrôle. A travers la personne de Feu El Gharbaoui le lecteur peut ressentir la préoccupation du parti (PPS) pour la question de l'intégrité territoriale, grâce à sa perspicacité et la fluidité de sa plume, ainsi que son rôle dans la mobilisation du peuple pour déjouer les plans des ennemis de l'intégrité territoriale, en libérant le Sahara occidental marocain de l'occupant espagnol.

Si Ahmed était fier d'avoir atteint le grade de "Général pacifique", en raison de sa relation étroite avec le service de la topographie militaire et de la cartographie à Rabat, en tant que consultant, expert et cartographe spécialisé dans l'examen des cartes avant leur publication. Compte tenu des grands services qu'il a rendus à sa patrie, Feu le Roi Hassan II l'a accueilli personnellement dans son palais, en son honneur, en tant que savant géographe, pour ses services rendus à la patrie et au peuple dans ce domaine de «la Cartographie stratégique».

3. La science du point de vue d’Ahmed EL GHARBAOUI 

Selon sa conception, la science est une question qui devrait être consacrée au développement et au service de l'être humain, loin de tout fanatisme ethnique ou religieux.  Dans un esprit humaniste emprunt de son intérêt pour la question maghrébine et sa conscience socialiste ouvrière, Ahmed EL GHARBAOUI a orienté ses recherches universitaires pour obtenir la thèse[5] de Doctorat du Troisième en géographie humaine à l'Université de la Sorbonne sur  le prolétariat immigré maghrébin résidant dans la banlieue nord-ouest de Paris.

Ensuite, le défunt a publié un long article[6] inspiré de cette thèse sur les travailleurs migrants du Maghreb vivant dans la banlieue nord-ouest de Paris.

A travers sa thèse et son article forts intéressants, il devient clair que Ssi Ahmed a mobilisé la recherche scientifique au service de l’émancipation de la classe ouvrière maghrébine notamment des problèmes d'immigration. Y sont abordées les conditions de vie des travailleurs maghrébins en France, de même que les problèmes que l'émigration de la classe ouvrière salariée soulève dans sa diversité et sa complexité, qu’ils soient d’ordre économique, démographique, social ou politique. Il s’intéresse aux questions d'adaptation, de promotion, de la langue et d’intégration.

 

Rejetant les classifications et les divisions fondées sur des bases ethniques ou religieuses (Arabes, Kabyle, Chlouh, musulmans, juifs), le défunt a examiné la question des travailleurs migrants des trois pays dans son ensemble, indépendamment de leur race et de leur religion, dans une étude objective, mettant en évidence dans sa première partie les raisons historiques, économiques, démographiques et juridiques de l'immigration maghrébine. Dans une seconde partie, il a abordé la problématique des travailleurs migrants maghrébins travaillant en sous-traitance et résidant en banlieue parisienne (région de la Haute Seine), leurs conditions de vie, y compris la vie dans les bidonvilles, leur travail et leurs souffrances en exil.

Cette étude est considérée comme le cadeau le plus important destiné à la classe ouvrière migrante en France, qui a révélé ses conditions de travail, ses souffrances, ses lieux de concentration et les secteurs dans lesquels elle travaille. Il est à préciser cependant que les classes de la banlieue parisienne constituées de commerçants, d’employés, d’étudiants et autres ne font pas partie de l’objet de sa recherche.

 
4.   Le penseur et l’intellectuel engagé intéressé par les enjeux universitaires, l'environnement et la géographie du développement
 

En tant qu’un intellectuel organique et  penseur engagé, Ssi Ahmed El-Gharbaoui a contribué à une étude intéressante organisée par le PPS « Parti du Progrès et du Socialisme et les problèmes de l'enseignement supérieur » à la suite de débats organisés entre le parti et ses enseignants chercheurs. L'étude[7] a été publiée à Casablanca, en février 1978, chez les éditions d’Al Bayane, Al Maaref Press,

Le destin a voulu que l'organisation de cette journée scolaire coïncide avec le lancement de la réforme pédagogique universitaire. En effet, dans cette étude, le regretté a critiqué la dispersion et même la balkanisation de l'enseignement supérieur, et a appelé à son unification. Il a également présenté un vrai diagnostic sur l’état des lieux de l'enseignement supérieur, marqué  par le faible budget alloué, le manque d'équipement, la décentralisation chaotique, les réformes contradictoires, et le nombre d'étudiants élevé par rapport à l'encadrement pédagogique mais paradoxalement faible par rapport aux besoins du pays. Il a proposé des solutions au niveau des moyens matériels et institutionnels, soulignant la nécessité de répondre aux demandes des enseignants et des étudiants.

Si Ahmed est également un militant pour la création d'un nouvel ordre économique au Maroc et dans le monde. Dans ce contexte, il a apporté une précieuse intervention[8] dans un débat organisé à Tunis en 1992, qui a ensuite été publiée.

Le défunt a également participé à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement à Rio de Janeiro, au Brésil, du 3 au 14 juin 1992 « Le Sommet de la Terre». Cette conférence a réuni 40.000 participants, dont 117 chefs d'État et des milliers d'universitaires et de représentants d'organisations non gouvernementales. Vu l’intérêt du thème et l’importance de ce sommet de la terre, le regretté a donné une conférence précieuse sur les résultats de la conférence[9] susmentionnée à l'Institut scientifique de Rabat, le 10 novembre 1992, sous le titre "Sommet de la Terre" (Rio-De-Janeiro, Brésil) : Espoirs et désillusions 1992.

Feu Ahmed El-Gharbaoui a passé en revue les différents documents présentés à la conférence, notamment un accord sur les changements climatiques,  un autre document  sur la diversité biologique, une déclaration préliminaire sur les forêts, une déclaration sur l'environnement et le développement et le programme (Agenda d’Action 21). A ce propos,  le conférencier a critiqué les maigres résultats issus du sommet de la terre, car ils n'ont pas atteint les objectifs souhaités, blâmant en partie les pays développés, en particulier les États-Unis d'Amérique, qui  ont refusé de signer plusieurs paragraphes de traités qui visent à réduire la pollution de l’environnement menaçant l'humanité (gaz émis par les usines).

Dans un article dédié à son Professeur Jean Dresch, El Gharbaoui excellait dans l'étude complexe et approfondie "Recherche géographique et engagement politique au Maroc", publié dans la Revue Hérodote en 1979[10].

Ce numéro de la Revue "Hérodote" était focalisée sur la géographie et l'anticolonialisme, représentée en la personne d’un géographe communiste, Jean  Dresch. Comme le mentionne Si Ahmed, le numéro rend hommage à un géographe de haut calibre français anticolonialiste.

À travers cet article important, nous découvrons l'étendue de l'engagement chez Si Ahmed Al-Gharbaoui pour les causes justes et sa fidélité aux valeurs de son Professeur. La géographie n'est pas une description abstraite de la réalité. Il s'agit plutôt d'une analyse approfondie selon sa conception du développement. Dans cet article, le défunt distingue deux types de géographie au Maroc: une géographie progressiste représentée par Jean  Dresch. Et une «géographie» coloniale réactionnaire (Hérodote, p. 87).

A partir de cette analyse, il divise la géographie coloniale en trois catégories:

A.    La géographie précoloniale de renseignement, pour obtenir des informations politiques, statistiques et religieuses sur le Maroc (les explorateurs civils).

B.     Une géographie précoloniale militaire pour prendre des mesures topographiques en vue d'une invasion.

C.     Géographie de résidence militaire qui persécutait le peuple marocain.

La géographie progressiste qui s'oppose à la géographie coloniale, était représentée par Jean Dresch. Il se distingue par sa praticité. Le regretté El-Gharbaoui a présenté le profil de «Jean Dresch» comme un militant communiste, un géographe qui a étudié les investissements des capitaux au Maroc ; et un géographe qui défend la communauté agricole, et qu'en ce sens il est le fondateur de la géographie progressiste (Hérodote, p. 93). Il a également mentionné que Dresch est le fondateur du journal "Al-Amal" (Espoir), qui soutient le mouvement révolutionnaire et patriotique marocain. Dresch l'a soutenue jusqu'à l'indépendance du Maroc.

 

A travers ces quelques éclairages présentés sur la personne et les accomplissements de feu Ahmed El-Gharbaoui, on ne peut que regretter le départ de l’intellectuel qui connaissait la culture de son pays et de son peuple. Dans ce sens, il a publié plusieurs articles sur la culture dans le journal Al-Bayane, dont la série «Culture et institutions»[11] qui ont été publiés en avril 1989 et traitaient du problème de la culture dans notre pays, soumettant des propositions pour la promouvoir.

 
Conclusion
 

À travers cet article, nous avons présenté un résumé bref et ciblé des aspects de la vie du défunt Ahmed EL-GHARBAOUI, comme un modèle de notre jeunesse[12]. Ssi Ahmed était l’autodidacte  qui défie les difficultés, le scientifique et chercheur chevronné, qui a réussi sa mission scientifique et éducative. Par ailleurs, il a excellé dans sa spécialisation et a ouvert une nouvelle voie pour la géographie. Il a semé les graines de l'école d'analyse globale qui relie l'homme et la terre dans une interaction continue.

La leçon que nous tirons du parcourt particulier du défunt, c’est que la valeur de l'être humain ne réside pas dans un « savant » confiné dans sa tour d’ivoire et déconnecté de la réalité, mais dans un scientifique humble, un éducateur proche de ses étudiants et ses collègues, un combattant qui a un projet de société, dont l’objectif est loin de l’accumulation de l’argent et de la fortune.

L'exemple que nous tirons du modèle de Si Ahmed qui a choisi une vie digne et simple, c’est qu’il a travaillé pour gagner sa vie, parmi ses collègues, étudiants et sa famille d'une part, et, d’autre part, il a sacrifié son temps et son confort dans un souci de mieux soutenir, former et représenter la classe ouvrière marocaine, au niveau national et international, dans les forums internationaux. Il se solidarise avec les causes légitimes des peuples opprimés, en premier lieu, le peuple palestinien.

Les atouts de cet intellectuel engagé dans les causes de son peuple se résument dans un homme généreux, riche de ses idées, de sa morale et de sa noblesse, loin des sphères capitalistes des propriétaires des moyens de production et d'échange, qui vivent dans le confort de l’abondance matérielle, de l’influence et du pouvoir. En bref, le militant  Ahmed EL-GHARBAOUI représente, l’homme honnête, le syndicaliste, le politique, le Professeur-chercheur et le géographe expérimenté. Il représente une école de développement citoyen et un modèle pour les générations émergentes. Nous en sommes fiers de lui et de penseurs pareils  tels que  Aziz Belal, Mohamed Gessous, Mohamed Abed Al-Jabri, Germain Ayache, et Jean Dresch. Et nous sommes également fiers des autres intellectuels vivants, issus de la même école de développement et de la citoyenneté.

 

 

 

 

 

*Hommage spécial rendu à cet homme

 On peut confirmer que Si Ahmed El-Gharbaoui représente un modèle pour nous et un exemple à suivre par les générations futures, en tant qu'intellectuel organique et penseur engagé et honnête, qui nous a laissé un héritage culturel et symbolique dont nous sommes fiers. Sa disparition précoce à l’âge 59 ans, est une perte majeure pour son pays, son peuple, sa classe ouvrière et ses étudiants et jeunes chercheurs marocains. Sur le plan scientifique, Ssi Ahmed reste présent parmi nous, car il a laissé derrière lui une école géographique nationale, et des étudiants, qui continuent à porter le flambeau pour éclairer les chemins de la connaissance, dans un cadre objectif orienté au service du développement et l'intérêt public, dans une dialectique entre «l'homme et la terre».

*Hommage à Ssi Ahmed El GHARBAOUI (par  KERZAZI Moussa à l’occasion de sa soutenance de thèse de Doctorat, à l’université de Bruxelles, 2000)

« Au Maroc, je tiens à remercier tous mes professeurs qui m’ont encadré et m’ont orienté durant la recherche, notamment M. ALAOUI Ismaïl, ex-chef du département de géographie à la Faculté des Lettres de Rabat, actuellement Ministre de l’Education Nationale (mars 2000). Dans ce cadre, je rends un hommage particulier à Feu Ahmed EL GHARBAOUI, Professeur éminent à l’Université Mohammed V à Rabat qui nous a quitté subitement...»

(Moussa KERZAZI, VUB : Université Libre de Bruxelles, Geografisch Institut, Bruxelles, 6 juillet 2000).


 

 

أهم الوثائق والمراجع المعتمد عليها:

* إدريس الفاسي، أحمد الغرباوي، "معلمة المغرب"، الجزء 19 (صفحات 6321-6322)، الجمعية المغربية للتأليف والترجمة والنشر، مطابع سلا.

-  اليوم الدراسي الأول للمرحوم أحمد الغرباوي بالمعهد العلمي - الرباط - 12 مارس 2001.

* مداخلة خلال اليوم الدراسي الأول للمرحوم أحمد الغرباوي، المنظم من لدن مركز عزيز بلال للأبحاث والدراسات CERAB ، الاتحاد الجغرافي المغربي UMT، شعبة الجيومورفلوجيا ووضع الخرائط بالمعهد العلمي بالرباط بتاريخ 12 ماي 2001، ضمن محور "الفكر الجغرافي والالتزام عند أحمد الغرباوي".

* كرزازي موسى، "أحمد الغرباوي . . الإنسان والمفكر الملتزم " جريدة "بيان اليوم" (ص 9)، الدار البيضاء، بمناسبة فاتح ماي 2003 ؛ ورد في كتاب اشرف على إصداره الأستاذ إسماعيل العلوي: أحمد الغرباوي، تحاليل وشهادات، (تقديم إسماعيل العلوي)، منشورات حزب التقدم والاشتراكية، 2013.

*كرزازي موسى، "أحمد الغرباوي رجل التحدي: من راعي الغنم والماعز إلى دكتور دولة من جامعة السربون"، ورد نشره في "أحمد الغرباوي: الإنسان، السياسي، النقابي والأستاذ الباحث، (لقاء تكريمي، الذكرى 15 لرحيل الفقيد) منشورات سلا المستقبل، سلسلة حفظ الذاكرة، 2014.

*كرزازي موسى، دراسة في التهيئة والتنمية القروية بالمغرب: تريفة- بركان بجهة الشرق نموذجا، حنظلة، الرباط، 2019 (إهداء وشكر للاستاذ أحمد الغرباوي).  

 

 

Références

 

*Ahemed EL GHARBAOUI, l’Homme, le Politique, le Syndicaliste et l’Enseignant Chercheur, 15ème Anniversaire, rencontre en Hommage au Feu El Gharbaoui, Publication de l’Association Sala Al Moustaqbal, Série : Sauvegarde de la Mémoire, 2014.

*Rapport sur la Rencontre en hommage au Feu Ahmed EL GHARBAOUI (22 nov 2014, Bibliothèque Nationale)  adressé au Comité d’organisation (Archive de Sala Almostaqbal),

*Ahmed El Gharbaoui : Analyses et témoignages, Présentation d’Ismail ALAOUI, Editions du PPS, 2013  

        *KERZAZI  Moussa, « Ahmed El Gharbaoui : l’homme et l’intellectuel engagé »,  In Ahmed El Gharbaoui : Analyses et témoignages, Ar. en Arabe (Coordinateur ; Ismail Alaoui), Ed. PPS. 2013.

*Rencontre en hommage au  Feu Ahmed EL GHARBAOUI : L’Homme, le Politique, le Syndicaliste et l’Enseignant-Chercheur, Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc, Rabat, Samedi 22 novembre 2014 (Organisée par Sala Almostaqbal).

 

*  Journée d’étude et de réflexion consacrée au défunt Ahmed El Gharbaoui., CERAB, UGM, Institut Scientifique, Rabat le 12 mai 2001 UNGM, Institut Scientifique et CERAB ;  Publié à Bayane El Youm,  N° spécial 1 mai 2003.

* EL GHARBAOUI Ahmed, 1999, Cartographies et Géographies Arabo-Musulmanes aux temps de leurs splendeurs, Publication de la Revue Espaces Géographique et Société Marocaine (126 p.).

*EL GHARBAOUI Ahmed, 1981, La terre et l’homme dans la péninsule tingitane, étude sur l’homme et le milieu naturel dans le Rif occidental, Travaux de l’Institut Scientifique, Série: Géologie et géographie physique, N° 15, Rabat, 439 p. + Cartes hors texte.

 

*El Gharbaoui (A.), « Le prolétariat maghrébin immigré dans la banlieue nord-ouest de Paris, Etude géographique et cartographique, Thèse de 3° Cycle, Sous la Direction de F. JOLY (Professeur à la Sorbonne), Année 1968-1969. (271p. Non publiée).

 

*El Gharbaoui (A.), « Les travailleurs maghrébins immigrés dans la banlieue nord-ouest de Paris, RGM, n°19, 1971 (pp.3-54).

 

*La Grande Encyclopédie du Maroc. Géographie Physique et Géologie. (Sous la direction d’Ahmed EL GHARBAOUI), 1987. GEI, (GEP, Cremona), Italie

 

*El Gharbaoui (A.), « Le sommet de la terre » (Rio-De-Janeiro, Brésil, 1992) : Espoirs et désillusions, Conférence publique à l’Institut Scientifique le mardi 10 novembre 1992.

 

*El Gharbaoui (A.), « La vie culturelle et ses institutions », In Al Bayane (Etude), les 8-9-10 avril 1989.

 

*El Gharbaoui (A.), « Recherche géographique et engagement politique au Maroc », In HERODOTE géographie/anti-colonialisme - Jean Dresch, n°11, 3ème trimestre 1979 (pp.87-99).

 

*El Gharbaoui (A.), 1992 « Pour un nouvel ordre économique au Maroc et dans le monde », Actes du colloque : L’Environnement à travers la Science Géographique, Tunis du 6 au 10 février, (Extrait du Cahier du C.E.R.E.S, Série géographique, Tunis).

 

*El Gharbaoui (A.), « Enseignements de la guerre populaire anti-colonialiste du Rif, Editions « Al Bayane », Février 1974. (61p).

 

*El Gharbaoui (A.), « Le P.P.S et les problèmes de l’enseignement supérieur, Casablanca, février, 1978. (38p).

*KERZAZI Moussa, 2019, Etude en aménagement et développement du Monde rural –Berkane-Triffa, Région de l’oriental, Eds. Handala Rabat (en arabe) ; Dédié à Feu Ahmed EL GHARBAOUI

 *KERZAZI Moussa, 2003, Migration rurale et développement au Maroc ; Publication de la Fac. Lettr. et des Sciences Humaines, Univ. Mohammed V-Agdal, Rabat ; Série Thèses et mémoires, N° 55 (500p.) (Dédié au Professeur Feu Ahmed EL GHARBAOUI).

 


 

Annexe :

*Ouvrages publiés par Ahmed EL GHARBAOUI.

*Rapport sur la Rencontre en hommage au Feu Ahmed EL GHARBAOUI (22 nov 2014, Bibliothèque Nationale) Comité d’organisation (Archive de Sala Almostaqbal).

 

 



[1] *EL GHARBAOUI Ahmed, 1981, La terre et l’homme dans la péninsule tingitane - étude sur l’homme et le milieu naturel dans le Rif occidental, Travaux de l’Institut Scientifique, Série: Géologie et géographie physique, N° 15, Rabat, 439 p. + Cartes hors texte.

[2] La Grande Encyclopédie du Maroc. Géographie Physique et Géologie. (Sous la direction d’Ahmed EL GHARBAOUI), 1987. GEI, (GEP, Cremona), Italie.

[3] EL GHARBAOUI Ahmed, 1999, Cartographies et Géographies Arabo-Musulmanes aux temps de leurs splendeurs, Publication de la Revue Espaces Géographique et Société Marocaine (126 p).

 

 

[4] *EL GHARBAOUI (A.), Enseignements de la guerre populaire anti-colonialiste du Rif, Editions « Al Bayane », février 1975, Imprimerie Al Maarif,  Casablanca (61p.).

 

[5] *El Gharbaoui (A.), « Le prolétariat maghrébin immigré dans la banlieue nord-ouest de Paris - Etude géographique et cartographique », Thèse de 3eme  Cycle, Sous la Direction de F. JOLY (Professeur à la Sorbonne), Année universitaire 1968-1969. (271 p., Thèse non publiée).

 

[6] El Gharbaoui (A.), Les travailleurs maghrébins immigrés dans la banlieue Nord-Ouest de Paris, RGM, n°19, 1971, pp.3-54.

 

[7] *El Gharbaoui (A.), Le P.P.S et les problèmes de l’enseignement supérieur, Casablanca, février, 1978. (38p.)

[8] El Gharbaoui (A.), 1992 « Pour un nouvel ordre économique au Maroc et dans le monde », Actes du colloque: l’Environnement à travers la Science Géographique, Tunis du 6 au 10 février, (Extrait du Cahier du C.E.R.E.S, Série géographique, Tunis).

 

[9] El Gharbaoui (A.), «Le sommet de la terre » (Rio-De-Janeiro, Brésil, 1992) : Espoirs et désillusions, Conférence publique à l’Institut Scientifique le mardi 10 novembre 1992.

 

[10] El Gharbaoui (A.), « Recherche géographique et engagement politique au Maroc », In HERODOTE, géographie/anticolonialisme Jean Dresch, n° 13, 3ème trimestre 1979 (pp.87-99).

 

[11] *El Gharbaoui (A.), « La vie culturelle et ses institutions », In Al Bayane, (Etude), les 8-9-10 avril 1989.

 

[12] Je tiens à remercier Professeur Lamia Kerzazi qui a bien voulu revoir cet article et améliorer la forme du texte, avant sa publication.

Libellés :

Enregistrer un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.