Les aspirations du "Maghreb". Feu A. Balafrej


Editorial du premier numéro de la revue Maghreb paru à Paris en juillet 1932, sous la signature « El Maghrebi », un des pseudonymes du feu Ahmed Balafrej et intitulé « Les aspirations du Maghreb ». Ledit éditorial qui s’élève contre la politique coloniale de la France. Tout en réaffirmant la volonté de modernisation, il souligne l’attachement du peuple marocain à son identité. La modernisation ne peut en aucun cas se faire aux dépens de notre identité.

Il conclut ainsi :

Aujourd’hui où les nations cherchent à créer une justice internationale, où la force brutale ne peut créer le droit, l’espoir des peuples colonisés devient de plus en plus grand. Le principe de la libre disposition des peuples par eux-mêmes de leurs destinées, n’est déjà plus un mythe, il se précise chaque jour et deviendra demain une réalité.

Débat encore très actuel.



                            Les Aspirations du "Maghreb"

         Les publications coloniales sont nombreuses à Paris. Toutes s'intéressent aux richesses naturelles des colonies, à leur exploitation méthodique et rationnelle. A les lire, on croirait qu'il n'y a dans les colonies que du phosphate, du pétrole, du fer et d'autres minerais. Les hommes ne les intéressent qu'à propos d'une révolte à réprimer ou d'une main-d’œuvre à asservir.

Le but du « Maghreb » sera différent : il S'OCCUPERA LUI DE LA RICHESSE HUMAINE DES COLONIES, il dégagera l'angoissant problème moral que ne cesse de poser la colonisation devant toutes les consciences saines. Le plus objectivement possible, il renseignera les Français, sans distinction d'opinions, sur la situation des autochtones, CERTAIN QUE LA LIBERTÉ ET LA JUSTICE N’ONT JAMAIS MANQUÉ DE DEFENSEURS EN FRANCE.

Nous nous occuperons particulièrement du Maroc. Ce pays qui a toujours formé un état indépendant, n'est pas une colonie, mais un pays de protectorat. Le traité international d'Algésiras a reconnu la souveraineté SPIRITUELLE ET TEMPORELLE DU SULTAN. Le traité du protectorat que la France a réussi à imposer an Sultan du Maroc, dans des circonstances particulières en 1912, confirme le traité international.

Le Maroc a donc une existence propre au point de vue international. Il est plus indépendant de la France que l'Inde de l'Angleterre. Cette puissance, pourtant, permet à l'Inde d'avoir un représentant à la Société des Nations pourquoi la France n’en ferait-elle pas autant pour son pays de Protectorat ?

Le Protectorat est pour nous une tutelle, il doit avoir une fin, et nous pensons au jour ou nous pourrons diriger nous-mêmes nos affaires, où le lien de sujétion entre le Maroc et la France ferait place à un lien d'amitié et de reconnaissance. Est-ce un crime ?

Malheureusement, les fonctionnaires français n'ont pas toujours compris le devoir de leur pays. L'idée qui les obsède c'est de faire du Maroc « une province française ». Pour atteindre leur hut, en dépit de tous les engagements, ils poursuivent une politique d'absorption et d'assimilation. Quelle preuve plus grande que ce dahir berbère qui souleva l'indignation du monde musulman et porta un rude coup su prestige moral de la France en Orient ? mais nous sommes sûrs que leurs tentatives resteront vaines, ils réussiront simplement à élargir le fossé qu'ils ont creusé entre la nation protectrice et la nation protégée.

 

« Le Maghreb » se fera un devoir de combler ce fossé, en exposant aux Français les agissements de leurs compatriotes peu avertis, ou peu soucieux des véritables intérêts de la France.

Le Maroc n'est ni un pays sauvage, ni un pays primitif. « Il a connu une grande histoire, une prospérité brillante ». Sa civilisation a brillé d'un vif éclat, il a un idéal culturel, propre, que la France s'est engagée à respecter.

CERTES, NOUS VOUDRIONS BIEN VOIR SE POURSUIVRE LA MODERNISATION DE NOTRE PAYS, NOUS SOMMES DISPOSES A PUISER CE QU'IL Y A DE BEAU ET D'ÉLEVÉ DANS LA CULTURE OCCIDENTALE MODERNE, MAIS NOUS TENONS ÉGALEMENT A NOTRE PASSE, A NOS TRADITIONS, NOUS NE LAISSERONS JAMAIS S’ETEINDRE CE PUISSANT FLAMBEAU QUE L'ISLAM A DEFINITIVEMENT PLANTÉ AU COEUR DE LA BERBERIE. ET SI LA MODERNISATION DEVAIT NOUS COUTER LE SACRIFICE DE NOTRE PERSONNALITE PROPRE, IL EST NATUREL QUE NOUS N'EN VOULIONS PAS. BREF, NOUS TENONS A NOUS MODERNISER, TOUT EN RESTANT NOUS-MEME.

L'évolution des peuples colonisés peut se faire par et pour les peuples colonisateurs, s'ils le veulent bien, ils pourront retarder cette évolution, mais non l'empêcher, elle se fera alors, mais contre eux.

Aujourd'hui où les nations cherchent à créer une justice internationale, où la force brutale ne peut plus créer le droit, l'espoir des peuples colonisés devient de plus en plus grand. Le principe de la libre disposition des peuples par eux-mêmes de leurs destinées n’est déjà plus un mythe, il se précise chaque jour et deviendra demain une réalité.

 

EL MAGHREBI

 


Libellés :

Enregistrer un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.