octobre 2021





ركن الشعر 

مند القدم تبوء الشعر منزلة رفيعة لدى العرب لم تتبوئها الاصناف الأدبية الأخرى .و قد سماه أبو فراس الحمداني ديوان العرب وعنوان الأدب.

عرف العرب الشعر مند الجاهلية و جاءت المعلقات كدرر نفيسة تزين الكعبة و تُلقى في سوق عكاظ

تطور الشعر كما يتطور أي كائن حي في تفاعل تام مع بيئته. فالشعراء على إختلاف مشاربهم تطرقوا لكل المواضيع و التيمات التي تهم الإنسان و الحياة والوجود.... الخ  بأبعادها الفلسفيةو السياسيةو الدينية والانسانية.و الشعر بإعتباره ديوان العرب قد يكون أحد الاصناف   الأدبية  المنفتحة  على عدة علوم كالعلوم الإنسانية و الاجتماعية...إلخ  و القادر على مد جسور التواصل سعيا لترسيخ المشترك الانساني و السمو بالقيم الإنسانية  التي بدأت تتلاشى في زمن المحمول و الرقمنة

تتطور العلوم بفعل التراكمات و قد تأتي نظرية لتفند او تدعم أخرى أو لتفتح سبلا و افاقا جديدة من البحث. و الشعر لا يخرج على هذا السياق إذ عرف تطورا في شكله و مضمونه و أغراضه . ومن خاصيات قصائد الشعر انها لا تتقادم إلا تلك التي نسجت لتفي بغرض آني أو مناسباتي. و بالتالي، الشعر يلغي الزمان و المكان.فكم من قصيدة تعود إلى سنوات و قرون خلت لا زلنا نستظهرها، كاملة أو بعضا من أبياتها عن ظهر قلب، عبر هضاب و روابي الخريطة العربية و كأنها نظمت لتو

غير أن الشعر في الوقت الراهن فقد الكثير من توهجه و توارى الى الخلف لأسباب ربما للشعراء فيها قول و  نصيب

يأتي "ركن" الشعر كمساحة للشعر و الشعراء،إرتأت  المجلة المغربية للعلوم السياسية و الاجتماعية كخطوة منها  على الإنفتاح على الشعراء،   تخصيصه لنشر قصائد الشعراء على إختلاف مشاربهم و أطيافهم و تنوع إبداعاتهم من شعر موزون و حر و زجل  إيمانا بأهمية الشعر و المكانة التى  يجب ان يحضى بها و استحضارا لزمن مضى  كان الكل يتغنى بقصائد إليا أبو ماض و ابو القاسم الشابي و بدر شاكب السياب و فدوى طوقان.....الخ. و يبقى "ركن " الشعر في نفس الوقت نافدة يطل منها اهل الموزون و القافية على مجالات معرفية اجتماعية و إنسانية على سبيل المثال لا الحصر ، تشكل إضافة  إلى رصيدهم الثقافي و المعرفي الواسع

احمد شيكر .






 

اختصار السؤال

الشاعرة أمينة جوان / المغرب

 تائهة في الحوار

 عالقة بين الرفع والكسرْ

 بين العري والسترْ

 والنقاء والعهرْ

وبين الوخز والجمرْ

 بين كسر مقامه ما لا نهاية

ينتهي التعليل فيه بالصفرْ

*********

فقدتني الكلمات

 ونفذ الحبر

 فَرُحتُ أبحث عني

 بين السطر والسطر

أبحث عني

 بين ليل بهيم

وبريق شمعة

بين طلل مغترب

 وحطام قلعة

بين بسمة متلاشية

 وبقايا دمعة

 بين انكسار وقهر

 وبَيْنٍ أنَّاته متعة

 بين حنين جارف

 وشوقٍ وَتَمَّنٍ ولوعة

 بين الطاحونة الحمراء

 وصلاة جمعة

 بين حزن أزلي

 وحلم عَبَرَ بسرعة

 بين حياء رقيع

 وتاريخ بلا سمعة

بين فرائض معلبة

والسنة والبدعة










La Revue Marocaine des Sciences Politiques et Sociales
الــمــجــلــة الـمـغـربـيـة
للــعــلــوم الـسـيـاسـيـة والاجــتــمــاعــيــة
Le site de notre revue a dépassé la barre des 500 000 visiteurs depuis sa création
(En 40 mois) et notre page Facebook a dépassé les 12 000 abonnés.
En 5 mois (Avril / Juillet 2021), on a enregistré 100 000 visiteurs alors que durant les deux premières années, on en a enregistré à peine 50 000 /an.
La direction de la revue remercie tous ceux et celles qui ont contribué, de près ou de loin, à ce succès.
Félicitations à tous les membres de la revue, aux différents contributeurs ainsi qu'à nos étudiants du Master diplomatique et de science politique.
Nous tenons également à remercier nos lecteurs pour leur fidélité et pour la confiance indéfectible qu'ils nous témoignent.
Les liens :





 


 Demain la frontière !!!

Abdelmoughit Benmessaoud Tredano

Pr.de science politique et de géopolitique.

Université Mohamed V.Rabat

 

Etats, Nations et peuples ?

Palestine, Cachemire , Katanga , Goa, Québec, Biafra , Sahara, Cabinda., Timor oriental , Macao , Hongkong, Flandre , "Padanie " Kosovo , Écosse , Crimée, Sud du Soudan , Catalogne , Kurdistan…,

Territoires divers et destins différenciés

DROIT DES ETATS, DROIT DES PEUPLES ET SÉCESSION :

LE KURDISTAN ET LA CATALOGNE, PRÉMISSES D’UNE DÉSAGRÉGATION ÉTATIQUE ?

L’actualité internationale, marquée par deux référendums successifs, (ou referenda) il y a quelques mois au Kurdistan irakien (le 25 septembre 2017) et en catalogne ( 1 octobre 2017), poserait la question de l’avenir de l’Etat-nation et de celui de ces peuples au sein desdits Etats.

Avec un effet domino, s’achemine–t-on vers la mort de l’Etat- nation, cadre dominant depuis le XIXème siècle, et l’irruption sur la scène internationale de petits Etats peu viables au moment où le monde évolue vers des ensembles mastodontes.

Face à ces velléités indépendantistes, justifiées ou pas, comment concilier le droit des Etats à l’intégrité territoriale et l’aspiration réelle ou suscitée des peuples à l’indépendance ?

Au-delà de chaque cas et de sa spécificité, comment peut-on analyser cette aspiration que peut avoir une partie d’une population d’un Etat déjà constitué à la séparation ?

En droit international, ce droit a été surtout reconnu par l’ONU (chapitres 11, 12 et 13 de la charte) aux peuples colonisés.

Et les velléités sécessionnistes de certains peuples, se trouvant dans des Etats souverains, ont été toutes condamnées en vertu d’un principe à savoir l’intégrité territoriale des Etats (article 2, § 4 et 7 de la charte).

Ceci c’est le droit. La pratique relève et révèle quelques exceptions ; on peut en citer, entre autres les exemples suivants :

A la suite d’une guerre, le Bengladesh, avec soutien de l’inde, se sépare du Pakistan en 1971.

Le Timor Oriental, "annexé" en 1976 par l’Indonésie et après un référendum en 1999, devient indépendant en 2002.

Le Kosovo, quant à lui, depuis sa déclaration d’indépendance en 2008, et avec plus d’une centaine de reconnaissances, son statut d’Etat totalement indépendant et souverain n’est pas tout à fait achevé et établi dans la mesure où il n’est pas encore membre de L’ONU.

La Crimée suite, à un mouvement de contestation en Ukraine et à un référendum organisé en 2014, elle est rattachée à la Russie.

L’indépendance du Kosovo, suite à un référendum, est acceptée malgré l’engagement de l’ONU de respecter l’intégrité territoriale de la Serbie (la résolution 1244 en 1999) (1) celui de la Crimée est contesté et refusé !

Deux poids, deux mesures. Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà.

Le risque de « prolifération étatique » (2) selon l’heureuse formule de Pascal Boniface , peut chambouler la carte géopolitique mondiale.

Sous des prétextes divers, besoin en démocratie, aspiration à plus d’autonomie, des égoïsmes nationaux – des régions plus riches que d’autres d’un même pays- non- avoués, certaines populations revendiquent l’indépendance.

Même dans des pays stables et démocratiques, ce type de revendication devient de plus en plus fréquent ; ainsi, le Nord de l’Italie sous l’impulsion de la Ligue du Nord - allergique au Sud considéré comme non-travailleur-, la Flandre en Belgique, nouvellement plus riche que la Wallonie, l’Ecosse à cause de l’histoire et du pétrole …tous expriment la même aspiration.

QUE FAIRE FACE CETTE PROLIFÉRATION ?

Le comportement des Etats, de la communauté internationale et des organisations internationales endossent une responsabilité première.

Le comportement malhonnête - promesse non tenue - de Tacher et Reagan avec l’initiateur de la Perestroïka, M. Gorbatchev et leur soutien à B. Eltsine ont contribué, en plus des problèmes internes, à la désagrégation de l’URSS.

Leur indifférence voire leurs encouragements, la Fédération Yougoslave n’a pas résisté aux menaces irrédentistes, nationalistes et religieuses.

La même attitude a été observée dans le cas du Kosovo.

La même compréhension a été exprimée voire un soutien en sous-main, notamment israélien à l’indépendance du Sud du Soudan ; la responsabilité du président folklorique Omar Al Bachir n’est pas à écarter.

L’attitude plus que contestable de la CIJ de l’ONU par rapport au cas du Kosovo considérant que la déclaration d’indépendance ne violait «aucune règle applicable du droit international» (3) , est un précèdent dangereux.

Alors qu’une instance inférieure et interne, en l’occurrence la Cour suprême du Canada a considéré que «le Québec ne pourrait, malgré un résultat référendaire clair, invoquer un droit à l'autodétermination pour dicter aux autres parties à la fédération les conditions d'un projet de sécession » (4).

L’EXCEPTION N’EST PAS LA RÈGLE

En dehors des cas de la décolonisation, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, n’a pas à s’exercer théoriquement dans des cas des Etats constitués.

Les exceptions citées plus haut ne sont que le produit de jeu d’influence, d’intérêts avoués ou non et de conditions géopolitiques régionales ou internationales, mais ne sont nullement dictées par les règles de droit international.

On peut comprendre que des peuples se trouvant dans des Etats dictatoriaux au Sud de la planète puissent exprimer une telle volonté d’indépendance. Mais comment peut-on l’apprécier dans les pays démocratiques et développés ?

L’histoire, les intérêts et le droit ne se conjuguent pas tout le temps harmonieusement ; la seule considération qu’on peut mettre en exergue c’est que l’évolution du monde connait un double mouvement : la constitution de grands ensembles et l’expression d’identités régionales -à cause des déchirures du passé- mais il faudrait le souhaiter pas forcément au prix de l’éclatement de tous les Etats !

Toute la question est là. Comment faire pour que les Etats nationaux soient préservés, les regroupements d’Etats soient encouragés et les spécificités locales et régionales soient reconnues et leur droit à la différence respecté ?

C’est une question d’équilibre entre l’Histoire de chaque entité étatique, les égoïsmes nationaux, la "témérité" des peuples et la nécessité à la survie et à la pérennité.

ONU, LES ETATS ET LES PEUPLES

Dans la conclusion d’une thèse en 1979 (5) , nous avons résumé le rapport de l’ONU avec les Etats nouvellement indépendants et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dans les termes suivants :

« Ainsi, dans ce monde nouveau, l'Etat est né en enterrant l'entité peuple qu'il était censé représenter et défendre... Lentement, mais sûrement, les rêves entretenus pendant les luttes de libération nationale se sont dramatiquement effondrés.

Et cela au nom du principe de non-intervention dans les affaires intérieures des Etats.

Au nom de ce principe l'ONU s'est toujours interdit tout droit de regard sur le sort réservé à ces peuples par ce monstre froid qu'est l'Etat. Bien plus, étant faite par et pour les Etats, l'Organisation mondiale s'ingénie à préserver l'Etat des lieux de ses membres au détriment de ceux qui les composent à savoir leurs peuples

Après avoir aidé les peuples colonisés à leur libération des métropoles coloniales, peut-elle encore une fois les libérer de certains de leurs Etats ? Apparemment non, ou du moins difficilement.

Il faut reconnaître que son aventure décolonisatrice a été faite et acquise grâce au soutien des Etats de la majorité anticolonialiste. Appeler ces derniers à s'autodétruire relève de l'Utopie; à moins qu'on aboutisse au sein de l'ONU à établir un code de conduite minimum, en l'absence duquel les Etats coupables peuvent être remis en cause en partie (auto-détermination des minorités étouffées) ou dans leurs totalité (auto-détermination de l'ensemble du peuple pour manque de légitimité du pouvoir en place), l'Organisation mondiale après avoir entériné des légitimités différentes, serait entraînée à contribuer à la consolidation de l'ordre étatique établi »

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Notes

1) Réaffirmant l’attachement de tous les États Membres à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la République fédérale de Yougoslavie et de tous les autres États de la région, au sens de l’Acte final d’Helsinki et de l’annexe 2 à la présente résolution,

2) In « Danger ! Prolifération étatique ».Le monde diplomatique, janvier, 1999.

3) http://reseauinternational.net/la-catalogne-et-le-kosovo-q…/

4) Idem.

5) Benmessaoud Abdelmoughit "L'organisation des Nations Unies et les mouvements de libération nationale en Afrique", thèse de 3e cycle, Université de Grenoble, 1979, 384 pages.

 

 











SAHARA, ONU ET LE RÉFÉRENDUM :
L’ALSACE LORRAINE DU MAGHREB
Abdelmoughit Benmessaoud Tredano
Pr. de science politique et de géopolitique.
Université Mohamed V.Rabat
Directeur de la Revue Marocaine des Sciences Politiques et Sociales

A la lecture du dernier rapport du SG de l’ONU, le principe du référendum serait définitivement enterré par l’Organisation mondiale.
L’indice le plus probant est la référence du premier responsable onusien uniquement à certaines résolutions qui renvoient plus à la solution politique qu’au référendum (Résolutions 2440, 2468, 24942548) [1]
Il faut dire que cette position n’est pas nouvelle.
Déjà en 1986, l’ancien SG de l’ONU Javier Pérez de Cuellar disait qu’en
Traitant la question saharienne, devait prendre en considération son caractère spécifique et non pas la traiter comme si elle était un cas de décolonisation [2].
Beaucoup de dirigeants occidentaux ont fait allusion à cette spécificité dés l’année 2000 d’où leur proposition de la 3ème voie.
Le plan BAKER I, adopté le 20 juin 2001, suggérait aussi la solution politique [3].
En 2007, la proposition d’autonomie faite par le Maroc, fondée sur le principe de la solution politique, conforte cette option.
Depuis, progressivement la solution politique s’est imposée dans toutes les chancelleries.
D’ailleurs, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes n’a jamais signifié uniquement le droit à l’indépendance ; voilà ce que je disais sur cet aspect en 1991 à la veille du cessé-le- feu conclu sous l’égide de l’ONU le 5 septembre de la même année : Dimension, oh combien, négligée par nos diplomates, nos politiques, nos juristes et nos journalistes!! [4]
Le principe de de l’intégrité territoriale des Etats l’emporte sur celui du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes pour au moins trois raisons :
1. D’abord, le droit à l’intégrité territoire est antérieur au principe du droit des peuples dans l’histoire ; il est la pierre angulaire de droit international et constitue un élément essentiel dans la constitution des Etats.
2. L’application du droit des peuples ne conduit pas automatiquement à l’indépendance [5]
3. L’expérience de la décolonisation a montré qu’il y beaucoup de pays qui ont parachevé leur intégrité territoriale par étape.
En effet, depuis le déclenchement de l'affaire saharienne l'Algérie n'a pas cessé de rappeler la nécessité d'appliquer le principe des droits des peuples à disposer d'eux-mêmes dans la mesure où elle considérait que le territoire en question relevait d'un cas de décolonisation.
D'abord il faut commencer par préciser que ledit principe ne conduit pas automatiquement à l'indépendance.
La résolution de l'Assemblée générale de l'ONU 1541 (XV) datée du 15 décembre 1960 [6] ne prévoyait qu'un cas sur trois la possibilité d'indépendance ; dans les deux autres cas, une population ayant intégré un Etat voisin, dans deux versions différentes, était considérée comme ayant exercé le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.
Par ailleurs, la proclamation de la "RASD" en février 1976 avait déjà anticipé sur le sentiment futur d'une population qui n'avait pas donné son avis sur ce qu'elle voulait comme destin ; autrement dit la thèse du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes n'a été, en fait, qu'une farce juridique.
Par rapport à ce principe, celui de l'intégrité territoriale d'un Etat qui s'estimait avoir des prétentions, fondées sur des éléments d'histoire et de droit, n'avait jamais été pris en considération par les tenants de la thèse référendaire.
Toutefois, la résolution susmentionnée prévoyait déjà des situations de parachèvement d'intégrité territoriale par un Etat déjà indépendant.
Ensuite, la résolution 1514 (XV) du 14 décembre 1960 de l'Assemblée générale de l'ONU, appelée communément la charte de décolonisation, avait attirait l'attention des puissances coloniales sur leur velléité de démembrement pouvant porter atteinte à l'intégrité territoriale des pays candidats à l'indépendance ; toute tentative de dépeçage de leur territoire était catégoriquement condamnée [7].
Enfin, dans l'expérience de la décolonisation on a pu voir de nombreux pays parachever leur intégrité territoriale des années après leur indépendance :
le cas de l'Inde (Goa), de la Chine (Hongkong Macao) [8] du Nigeria et du Cameroun français, tous deux indépendants en 1960, par rapport au Cameroun britannique dont deux parties ont rejoint les deux pays en question à la suite du référendum organisé par la Grande Bretagne en 1961.
ALSACE LORRAINE DU MAGHREB
La guerre d’Algérie de 1963 (considérée par les dirigeants algériens comme la Hogra), l’échec de leur version bismarckienne du Maghreb, l’impasse politique, résultant de 10 ans de guerre civile durant la décennie 90 et la mainmise de l’armée sur le pays et son monopole des richesses ont constitué, entres autres, l’essentiel des causes du raidissement de l’attitude des dirigeants algériens.
Par ailleurs, l’actualité a fourni aux dirigeants algériens d’autres prétextes pour rendre les relations avec le Maroc quasi exécrables :
*Le prix du pétrole qui oscille plus vers la baisse que la hausse ;
*Une profonde crise socio-économique ;
*L’impasse politique interne ;
*Le recul de la diplomatie algérienne face au regain d’influence du Maroc en Afrique ;
*L’axe Alger/ Lagos/ Pretoria a perdu de sa "superbe" ;
* Le renforcement de l’alliance du Maroc avec les Etats -Unis dans un contexte marqué par un large déploiement des grandes puissances et des puissances moyennes en Afrique.
Eu égard à l’ensemble de ces considérations, une solution imminente de la question saharienne relève presque de l’impossible
J’ai toujours soutenu que tant que la génération de Bouteflika et de ses acolytes, civiles ou militaires, est aux commandes, rien de décisif ne sera fait dans le sens de l’apaisement et du dépassement de ce conflit.
14 octobre 2021
*******************************************
DROIT DES PEUPLE NE SIGNIFIE PAS TOUJOURS LE DROIT A L’INDEPANDANCE [9]
La résolution 1514 (XV) du 15 décembre 1960 : un texte fondateur
Cette résolution porte, en effet, sur l’itinéraire possible d’un peuple colonisé (appelé par euphémisme territoires non-autonomes).
On peut lire dans le principe VI de la résolution 1541(XV) du 15 décembre 1960 ce qui suit :
« On peut dire qu’un territoire non autonome a atteint la pleine autonomie (autrement dit a exercé son droit de disposer de lui-même :
- quand il est devenu un Etat indépendant ou souverain ;
- quand il s’est librement associé à un pays indépendant ;
ou
- quand il s’est intégré à un pays indépendant. »
Comme on vient de le constater, deux cas sur trois ne débouchent pas sur l’indépendance. Et l’application du principe des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes ne signifie pas impérativement le droit à l’indépendance du territoire en question.
Plus intéressant à faire observer, c’est que l’intégration d’un territoire objet de la décolonisation à un Etat déjà indépendant et ayant des prétentions fondées constitue une des applications du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
En somme, l’application du principe de l’intégrité territoriale ne contredit nullement le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Bien plus, à supposer qu’une contradiction puisse exister c’est à l’intégrité territoriale qu’il faut donner la priorité car il s’agit d’un principe qui constitue la pierre angulaire du droit international et surtout qu’il est un des éléments constitutifs de l’entité étatique (l’existence d’un territoire où s’exerce une autorité unique et exclusive).
UN REFERENDUM DONNANT UN VAINQUEUR ET UN VAINCU N’EST PAS PRATICABLE [10]
(Le texte de la conclusion de mon livre d' octobre 1991 où je défendais cette thèse)
A la différence de la quasi-totalité des cas de la décolonisation, celui du Sahara a revêtu une spécialité certaine. Seulement, la contestation de l’issue qu’il a connu en 1975, et la confusion, ayant marqué l’interprétation de certains principes de Droit qui en est résulté n’ont fait que l’occulter et l’évacuer.
Les raisons, les fondements et les ingrédients de cet imbroglio politico-juridique relatifs au droit des peuples à disposer d’eux même, à l’intégrité territoriale des Etats, à l’intangibilité des frontière et ses conséquences négatives sur le projet maghrébin ont été suffisamment développés tout au long de cet ouvrage pour y revenir.
Toutefois, ce qui en ressort d’une manière sommaire, c’est qu’un conflit est né, a duré, et a occasionné beaucoup de dégâts.
En plus, tout un mythe s’est ensuite établi autour du Polisario et de son pendant « étatique » : la « RASD ». Ce tandem, entretenu sur les fonts baptismaux d’un imposant fonds de commerce diplomatique algérien dans le concert tiers-mondiste, a évolué et grandi. Ce qui a contribué à la persistance du conflit, et a participé pendant longtemps à bloquer le processus d’édification maghrébine.
Avec le recul, il était illusoire de croire qu’un différend de cette nature ne pouvait pas ne pas surgir entre deux grands voisins dont les préoccupations, les stratégies, les options politico-idéologiques étaient nettement opposées. L’exacerbation de ces divergences ne pouvait donc que l’entretenir davantage.
Ainsi, la crise Saharienne n’est en fait que la traduction conflictuelle de deux nationalisme, le marocain d’essence principalement historique voulait affirmer une certaine singularité, et par là sa véritable identité. L’algérien, quant à lui, avec un fond essentiellement politico-idéologique s’évertuait à refaire son retard historique en cherchant à s’imposer au détriment du premier dans une compétition maghrébine mal engagée.
Ce genre d’opposition endémique, crée et alimenté au moyen d’incidents et de prétextes n’est pas propre au Maghreb. L’Europe sur une toile de fond d’expériences guerrières, avait connu durant tout le 19eme et le 20eme siècle autant d’exacerbation de nationalisme ; l’éternelle incompatibilité franco-allemande en avait constitué l’échantillon le plus édifiant.
Il aurait été souhaitable que les maghrébins, Marocains et Algériens en particulier, tirant les leçons de l’exemple européen aient maitrisé les leurs. Mais les divergences politiques et les calculs géopolitiques ont fini par prévaloir.
Dans ce contexte, le nationalisme marocain, à travers l’épisode saharien, en dépit de l’opposition de l’Algérie et d’une incompréhension internationale, a pu grâce à une solide unanimité interne s’affirmer, résister et préserver l’essentiel de sa légitimité et de sa crédibilité.
Maintenant que ce conflit est au seuil de son terme politico-diplomatique, et dans l’espoir d’éviter les déchirures, il faudrait souhaiter que sa dimension historique et géopolitique ne soit pas perdue de vue. Cela devrait se traduire par la détermination de la nature du referendum qui serait organisé au début de l’année 1992 et de la manière dont seront gérés les résultats.
Pour le moment, une chose est certaine. La consultation référendaire aura bien lieu. Le secrétaire général de l’O.N.U n’a cessé en effet de rappeler, et ce, malgré toutes les vicissitudes ayant marqué sa médiation. Elle aura lieu parce que deux parties au moins le réclament (NDRL DANS LE CONTEXTE DU MOMENT).
L’Organisation mondiale, ayant initié le processus, ne s’arrêter à mi-chemin.
Le Maroc, quant à lui, assuré qu’il est d’un certain nombre de garanties et disposant d’atouts non négligeables (aucune atteinte à la souveraineté durant tout le processus référendaire, ses conditions quant à l’actualisation des listes électorales plus au moins comprises et admises, les ralliements successifs des éléments du Polisario à la mère-patrie…), l’appelle également de ses vœux.
Il estime que la consécration internationale de sa revendication et de ses droits devrait permettre l’élimination de toute contestation ultérieure.
Comme elle conduisait à clore, du moins au niveau juridico-diplomatique un dossier qui n’a fait que trop durer, et réparer par là des dégâts causés à l’évolution des peuples et des Etats maghrébins.
La conclusion référendaire en serait-elle le point final ? Rien n’est moins sûr. Surtout si elle n’est pas préalablement préparée par tous ceux qui s’estiment concernés.
L’histoire et continuera à véhiculer des blessures que les peuples ne sauraient indéfiniment supporter pour et ne pourraient facilement oublier.
Le Maroc et l’Algérie se sont en effet trop investis dans ce conflit pour admettre sans rechigner une sanction donnant un vainqueur et un vaincu.
Le premier n’entend pas transiger sur sa souveraineté au Sahara.
Le second ne peut avaliser sans être édifié et rassuré sur l’après-referendum.
C’est pour répondre à cette préoccupation aussi grave que sensible que la thèse marocaine d’un referendum confirmatif a été élaborée et proposée. Elle revêt une originalité et une pertinence empreinte d’éthique et de sagesse certaine.
Une sanction consultative qui viendrait, après des retrouvailles entre tous les Sahraouis marocains, soigneusement arrangées, une convivialité profondément renouvelée et confirmée, aurait l’avantage de contribuer à effacer, un tant soit peu, le passé avec ses amertumes et ses frustrations…, et à préparer l’avenir avec ses rêves et ses espérances.
En un mot comme en mille, une option concertée est donc plus qu’impérative. Marocains et Algériens, sont suffisamment conscients des enjeux de l’échéance pour laisser le sort de toute la région liée à la seule expression référendaire.
Cet engagement s’impose d’autant qu’il n’ya aucune échappatoire à la tenue du référendum (NDRL DANS LE CONTEXTE DU MOMENT):, que l’ancrage maghrébin s’affirme et s’approfondit de plus en plus, et que la communauté internationale, armée désormais de ce fameux « devoir d’ingérence », est devenue exigeante, voir envahissante.
Celle-ci trouverait certainement occasion à s’immiscer dans les affaires régionales si des déroulements non-maitrisés surgissent.
Faute d’une telle vision et d’un tel choix, l’incertitude aurait tous ses droits…
Harhoura, le 10 octobre 1991
[2] La question saharienne, Histoire d’une décolonisation pas comme les autres : Repères historiques décolonisation, autonomie ,avril 2009, Ed. Afrique Orient. 243 p.p.113.
[3] Ibid.pp.218-219 et 111-144.
[4] Voir notre premier ouvrage sur le Sahara où je traite l’équation entre le droit des peuples à disposer d’eux- mêmes et intégrité territoriale des Etats, "Le Sahara marocain : une décolonisation pas comme les autres" , Rabat, Collection Confluentes, 1991, 186 p.Voir tout particulierement les pages , 27-32
[5] Voir infra.
[6] Voir le texte de la résolution en annexe. Voir notre ouvrage sur le Sahara ; "La question saharienne, Histoire d’une décolonisation pas comme les autres : Repères historiques décolonisation, autonomie".Ibid, pp. 204-208
[7] Voir le paragraphe six (6) de la révolution en annexe de l’ouvrage sur le Sahara, Ibid. pp. 201-204.
[8] Goa était colonisé par le Portugal et reprise par la force en 1961 par l'Inde. Les cas de Hongkong (Grande Bretagne) et de Macao (Portugal) ont été rétrocédés à la chine par accord (1997 et 1999).
Le Maroc a fait de même pour Tarfaya (1958) Ifni (1969) et le Sahara occidental en 1975. La Namibie a agi de la même façon pour la ville portuaire de Walvis Bay qui était encore dominée par l'Afrique du Sud au moment de l'indépendance de la Namibie. Seuls les Iles Comores n'ont pas pu parachever leur intégrité territoriale pour ce qui est de l'Ile Mayotte, encore sous le joug français. Enfin, il y a le seul cas ayant connu l'indépendance, c'est l'ancien Honduras britannique, devenu Belize, qui était revendiqué sans grande conviction par le Honduras. La même situation pour Timor oriental revendiqué et annexe par l’Indonésie qui a concédé l’indépendance de ce territoire sous la pression de la communauté internationale.
[9] Ibid.pp.47-47
[10] Il s’agit du texte de la conclusion de mon ouvrage écrit en 1991.Op. Cit.pp.177-179

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.