Hommage au feu Simon LEVY Par Mohamed KHALIL









 

Par Mohamed Khalil

 Inhumation de Simon Levy, dimanche à Casablanca : Des obsèques dignes de la valeur de l'homme


Simon Lévy, décédé vendredi, a eu droit, dimanche, à des obsèques dignes de la grande valeur de l'homme qu'il était. Un grand dirigeant de la première heure, un démocrate humble et un personnage de grande conviction. Plus d'un millier de personnes, dont de nombreuses personnalités nationales de divers horizons, ont accompagné le regretté défunt à sa dernière demeure.

Le cimetière israélite de Casablanca, où il repose, a retenu en mémoire une foule considérable venue faire son adieu à un fils du Maroc qui a marqué son passage, ici-bas, par une action consciencieuse et consciente, en faveur des idéaux de justice et de paix.

Plusieurs personnalités politiques, syndicales, culturelles et associatives ont tenu à s'associer au deuil qui a frappé le Parti du progrès et du socialisme et à témoigner du rang et de la valeur du disparu.

Aux côtés d'une forte délégation de la direction du PPS, représentée par plusieurs membres du Bureau politique, du Conseil de la présidence et du Comité central, ainsi que de nombreux militants venus de certaines régions, nous avons notamment remarqué la présence des conseillers de SM le Roi André Azoulay et Omar Azziman, de l'ancien Premier ministre Abderrahmane Youssoufi, du nouveau chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, du ministre d'Etat et dirigeant de l'USFP,Mohamed El Yazghi, Mohamed Sabbar, Secrétaire général du Conseil national des droits de l'homme, ainsi que d'autres personnalités du monde politique, syndical, culturel, médiatique et associatif.
Autour des membres de la famille du défunt, les obsèques se sont déroulées dans une ambiance sereine, marquée par les oraisons funèbres prononcées, tour à tour, par Ismaïl Alaoui, président du Conseil de la présidence du PPS, André Azoulay, Conseiller de SM le Roi Mohammed VI, Nabil Benabdallah, Secrétaire général du PPS, qui était également porteur d'un message de Laila Shahid, déléguée générale de Palestine auprès de l'UE, et Sion Assidon.

Ismaïl Alaoui a loué les qualités intrinsèques de Simon Lévy, depuis son adhésion à l'action politique au sein du Parti communiste, et son combat continu et inlassable, politique et syndical, aux côtés des démunis, pour leurs droits. Il a retracé le parcours militant du défunt, tant au sein du Parti et du mouvement syndical qu'au niveau de la communauté juive du Maroc. « Un militant infatigable pour l'égalité des droits entre toutes les composantes du peuple marocain, quelles que soient leurs convictions religieuses », a-t-il notamment affirmé. (Lire en bas l'oraison prononcée par Ismaïl Alaoui).

De son côté, André Azoulay a relu l'itinéraire de ce « grand visionnaire, en avance par rapport aux intellectuels de son époque » qui « m'a fait comprendre, jeune étudiant, les valeurs de l'appartenance à mon pays le Maroc… » et la cohabitation entre les Marocains et leurs religions. Le conseiller de SM le Roi, a souligné «la dimension pionnière et visionnaire de cet acteur gardien et protecteur de toutes les traditions, de l'histoire et du patrimoine de la communauté juive marocaine. Il a été à la fois le guide, l'acteur engagé et intransigeant qui a su, mieux que tout autre, exprimer la profondeur et la richesse de la diversité culturelle du pays dont il a été l'un des représentants les plus valeureux».

Le Conseiller du Souverain a également relevé le rôle académique et scientifique joué par le défunt et l'intérêt accordé à la diversité culturelle et à la présence juive dans l'histoire, ancienne et contemporaine du Maroc, appelant à la préservation du patrimoine légué par Simon Lévy et à poursuivre son action.
Nabil Benabdallah a, à son tour, parlé de l'homme, du militant et du dirigeant que fut le camarade Simon Lévy. Dans une consistante oraison funèbre, il a revu la vie de ce militant d'une race rare, du dirigeant engagé, de l'éducateur académicien et du professionnel de la linguistique. A la fin de son intervention, il a donné lecture au message adressé par Laila Shahid (voir en P3), en hommage du défunt.

Signalons, par ailleurs, que le Secrétaire général du Parti de la Justice et du Développement , Abdelilah Benkirane, que le Roi a nommé chef de gouvernement a créé la surprise, en assistant aux funérailles du défunt Simon Lévy, accompagné d'une forte délégation de la direction du PJD. Dans une déclaration à la presse, Abdelilah Benkirane a salué «l'homme authentique» qu'a été le regretté rappelé par la volonté divine imparable. «Toutes les personnes présentes dans ces funérailles sont venues rendre un hommage à une grande personne».

Dans notre édition de demain, nous donnerons, in extenso, l'intégralité des interventions d'André Azoulay, de Nabil Benabdallah et de Sion Assidon, ainsi que d'autres témoignages.

         
         Un Homme de réflexion et d’action et un militant infatigable

En hommage à notre camarade Simon Lévy, disparu il y a 10 ans

Simon Lévy, tel que je l’ai connu

Par Abdeslam Seddiki

Il y a dix ans, le 2 décembre 2011, notre camarade Simon Levy, figure historique du Parti de Progrès et du Socialisme (PPS) et secrétaire général de la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain, nous quittait. Il s’était éteint à l’âge de 77 ans, après une vie intense et généreuse en militantisme et combats. Il laisse le souvenir de cet intellectuel organique qui a épousé, pour la vie et la mort, les idées du socialisme scientifique, et ce depuis sa tendre jeunesse. Nous reproduisons l’hommage que notre camarade Abdeslam Seddiki a rendu au regretté défunt.

Il est difficile d’écrire sur un Homme de la trempe du regretté Simon Lévy, dont on célèbre cette semaine le 10ème anniversaire de sa disparition, après qu’il une hospitalisation de plusieurs jours grâce à la sollicitude de SM le Roi.

Doit-on évoquer l’homme, ses qualités, son accueil, sa disposition ? Doit-on évoquer le savant et l’intellectuel qu’il était avec ses innombrables travaux dans le domaine de l’histoire, du judaïsme, de la culture dont il a fait son cheval de bataille au cours des dernières années ? Doit-on évoquer l’enseignant pédagogue qui a contribué à la formation de milliers de jeunes à la faculté de lettre de Rabat dont il était l’un des professeurs distingués ? Doit-on parler du syndicaliste chevronné qui était présent sur tous les fronts de lutte syndicale tant au sein de l’UMT que du SNESUP ? Ou doit-on parler du militant politique engagé depuis son jeune âge dans les rangs du Parti Communiste Marocain, devenu successivement PLS et PPS, pour se hisser au podium du Bureau Politique et devenir l’un de ses grands dirigeants à côté des regrettés Ali Yata, Abdellah Layachi, Abdeslam Bourquia, Aziz Belal et d’autres ?

C’est dire que notre regretté Simon a eu une vie chargée et intense en activités. Il trouvait du goût à mener le combat sur tous ces fronts. Il était présent à tous les rendez vous importants qui ont jalonné l’histoire récente de notre pays : actif dans la lutte pour l’indépendance, ardent défenseur de la cause palestinienne, participant à la marche verte, présent dans les luttes démocratiques en se portant candidat dès les premières élections locales de 1976 et en arrachant haut la main son mandat pour siéger au conseil municipal de Ain Diab qui fut une expérience de gestion locale exemplaire, actif dans les forums de débat intellectuel où les thèses qu’il défendait jouissaient du respect de ses amis comme de ses adversaires, courageux pour exprimer ses convictions jusqu’au bout …

C’est tout cela, et d’autres aspects qui m’ont échappé certainement, qui font de Simon l’homme qu’il fut.

Sans aborder l’ensemble de ces dimensions, qu’il me soit permis, en guise de modeste hommage d’apporter un témoignage sur son apport à la réflexion politique. Ayant eu la chance, à l’instar d’autres militants, de côtoyer notre camarade défunt, dans des réunions politiques et de suivre les leçons de formation idéologique qu’il dispensait généreusement aux jeunes militants du parti, j’ai pu mesurer toute sa pédagogie et la profondeur de son savoir. Il avait l’art d’exprimer en des termes simples des problématiques d’une grande complexité. Tel fut le cas, autant que je me souvienne, de ses conférences sur la tactique et la stratégie, les alliances de classe, la gauche au Maroc, parti et syndicat. Ces thèmes et d’autres, relevaient en quelque sorte des fondamentaux pour notre parti. Et chaque militant se doit de les maîtriser pour être en parfaite symbiose avec la ligne du parti.

Il tenait et croyait à l’union de la gauche au point d’en faire une religion. Je me rappelle d’une série d’articles qu’il avait publiés sur le sujet en réponse à certains comportements politiques qui allaient à l’encontre de cette union et qu’i avait intitulés « unitaires pour deux ».

Il tenait et croyait à la lutte organisée de masse. Et le lieu indiqué est bel et bien le syndicalisme dont il défendait l’unité car convaincu que la classe ouvrière est une et indivisible. Il incitait tous les membres du parti à adhérer aux organisations de masse pour faire du militant « ce poisson dans l’eau » formule chère à Mao Tsé Toung.

Pour lui, à l’instar d’Amilcar Cabral, pas de « pratique révolutionnaire, sans théorie révolutionnaire ». Il puisait ses sources dans tous les apports des différentes civilisations. De confession juive, et fier de l’être, il a su intégrer avec intelligence et créativité les apports des autres religions et civilisations au point d’être un précurseur du dialogue de civilisations. Avec Simon et grâce à lui, des générations entières ont appris que la contradiction fondamentale n’est pas celle qui oppose les religions et les cultures, thèse des fondamentalistes de tous bords, mais celle qui met en jeu des conflits d’intérêts politiques et économiques. C’est grâce entre autres à son apport et à celui d’autres militants de confession juive comme Edmond Amran ElMaleh, Serfaty et de centaines d’autres que notre pays est considéré comme exemplaire dans le domaine de la coexistence des religions.

Homme de culture et de mémoire, il s’est engagé dans la préservation de la mémoire et de la culture judéo-marocaines en dirigeant le Musée du Judaïsme Marocain dont il était le Secrétaire général.

Homme de principe et de conviction. Il est resté fidèle à ses engagements en dépit des vicissitudes et des « tremblements idéologiques » provoqués par la chute du Mur de Berlin, l’effondrement de l’URS S et la victoire de la pensée unique avec le consensus de Washington. Pour faire valoir ses convictions, il n’a pas eu recours à la voie de la facilité, mais il a préféré créer un courant à l’intérieur du PPS baptisé «la zilna aala attarik» qui signifie : «nous sommes toujours sur la voie».

Oui Simon, tu avais raison, nous sommes toujours sur la voie : celle du militantisme, celle de la lutte pour la justice sociale, de la dignité, de la libération des hommes et des femmes, de la solidarité et de l’amitié entre les peuples.

Reposes en paix, tu t’es acquitté comme il se doit de tes devoirs de citoyen. Le pays entier, tes camarades, tes amis, tes anciens étudiants et tous ceux qui t’ont connu et approché te rendent un vibrant hommage …

(Version actualisée de l’article paru dans Al Bayane du 3 déc 2011)

****

Les archives de Feu Simon Levy confiées aux Archives du Maroc

Les archives de feu Simon Levy ont été confiées aux Archives du Maroc, à la faveur d’un don de la famille Levy. Selon un communiqué des Archives du Maroc, la famille Levy «contribue à l’enrichissement de la mémoire nationale» en confiant à cette institution un «fonds important» d’archives de feu Simon Levy qui fut un «éminent professeur-chercheur» et une «grande figure du judaïsme marocain», décédé le 2 décembre 2011. MM. Jean et Jacques Levy, fils de feu Simon Levy, et Jamaâ Baida, directeur des Archives du Maroc, avaient procédé le 28 septembre 2016 à la signature de la convention de don, avait annoncé les Archives du Maroc dans un communiqué. Tout en saluant ce «geste généreux», le directeur des Archives du Maroc avait exprimé sa profonde gratitude à la famille Levy pour cette «initiative citoyenne fidèle aux idéaux de feu Simon Levy», la qualifiant de «bon exemple à suivre pour que le patrimoine juif récupère la place qui lui revient au sein du patrimoine archivistique national». Archives du Maroc assure garantir la préservation et la valorisation de ces archives afin de les transmettre aux générations futures, sous l’appellation de «Fonds Simon Levy». Simon Levy était notamment professeur-chercheur à l’Université Mohamed V de Rabat et un grand militant du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Grande figure du judaïsme marocain, il fut le premier directeur du Musée du judaïsme marocain à Casablanca.

Libellés :

Enregistrer un commentaire

[blogger][facebook][disqus]

Cress Revue

{picture#http://store4.up-00.com/2017-07/149982714684611.jpg} Revue marocaine des sciences politiques et sociales, Dossier "Economie politique du Maroc", volume XIV, Hors série. Les auteurs du volume n'ont pas hésité ... {facebook#http://facebook.com} {twitter#http://twitter.com} {google#http://google.com} {pinterest#http://pinterest.com} {youtube#http://youtube.com} {instagram#http://instagram.com}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.